Mammifères au Luxembourg – Plusieurs espèces sont encore peu connues

Publié

Mammifères au LuxembourgPlusieurs espèces sont encore peu connues

KOCKELSCHEUER - Un ouvrage de Laurent Schley et Jan Herr présente les mammifères présents au Luxembourg. Un moyen de sensibiliser à la connaissance et à la protection des espèces.

Le livre dresse l'inventaire de tous les mammifères présents sur le territoire.

Le livre dresse l'inventaire de tous les mammifères présents sur le territoire.

Editpress/Julien Garroy

Renards roux, fouines, chevreuils, sangliers s'observent fréquemment, mais la plupart des mammifères vivent plutôt cachés et beaucoup sont des animaux nocturnes. «Les mammifères sont un groupe d'espèces difficilement visibles et donc, méconnues du public. De la chauve-souris nymphe dont le poids n'excède pas 6 grammes au cerf qui peut peser 250 kilos, il y a une très grande diversité de mammifères», souligne Laurent Schley qui travaille à l'administration de la Nature et des Forêts, fédération qui regroupe une quarantaine d'associations qui œuvrent pour la protection de la nature et sa conservation.

Avec son collègue Jan Herr, ils ont présenté mercredi l'ouvrage qu'ils ont coécrit, «Mammifères au Luxembourg», destiné au grand public, qui dresse l'inventaire de tous les mammifères présents sur le territoire, accompagné de très belles photos. «Ce livre a vocation à présenter la grande diversité des mammifères pour les connaître, mieux les apprécier et prendre conscience de l'impact de l'être humain sur leur disparition», précise Jan Herr.

Certaines espèces reviennent peu à peu

En effet, quarante-trois espèces de mammifères sont strictement protégées, car menacées par l'Homme. Urbanisation croissante qui détruit leur habitat, sols appauvris à cause des pesticides utilisés dans l’agriculture, les menaces entraînent une chute des populations de mammifères, et pour certaines espèces, leur disparition complète. «L’hermine, le hérisson, sont en régression depuis plusieurs années, l’effectif de loutres stagne et le blaireau a quasiment disparu dans notre pays il y a trente ans», souligne Laurent Schnel. «Par contre, le murin des marais, une petite chauve-souris qui n’était pas présente au Luxembourg il y a quelques années, revient depuis peu», poursuit-il.

Le département Environnement du ministère du Développement durable et des Infrastructures contribue à la préservation de la diversité des espèces, notamment par l’aménagement de zones protégées et de zones Natura 2000. «En 2013, les zones protégées représentaient 3 800 hectares. Aujourd’hui elles couvrent 7 800 hectares, quasiment le double», souligne Carole Dieschbourg, la ministre de l’Environnement. Mais la protection de la biodiversité passe aussi par l’éducation, «le meilleur moyen pour sensibiliser. On a besoin de tous les piliers, politiques, acteurs publics, ONG et des citoyens. En tant que dernier maillon de cette chaîne, l’être humain doit prendre ses responsabilités», poursuit la ministre.

(Émilie Étienne/L'essentiel)

Ton opinion