Elections en Belgique – Polémique autour de l'épouse de Van Rompuy

Publié

Élections en BelgiquePolémique autour de l'épouse de Van Rompuy

L'épouse du président du Conseil européen a suscité mardi la polémique en prenant un ancien membre du parti d'extrême droite, Vlaams Belang, sur sa liste pour les élections municipales d'octobre.

L'épouse du président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, est politiquement très active au niveau local en Belgique.

L'épouse du président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, est politiquement très active au niveau local en Belgique.

AFP

Geertrui Windels-Van Rompuy, membre du parti démocrate-chrétien CD&V comme son mari, figure en première position d'une liste baptisée «Respect» qui se présente à Rhode-Saint-Genèse, une commune proche de Bruxelles située en Flandre mais où vivent de nombreux francophones. Comme «numéro 2», Mme Van Rompuy a choisi Ludo De Becker, un ancien membre du Vlaams Belang (l'«Intérêt flamand») qui a récemment rejoint les rangs du parti indépendantiste flamand N-VA (Nouvelle alliance flamande).

Ludo De Becker s'était distingué en 2008 en reprenant sur son blog le slogan «Rats wallons, pliez bagages», typique des groupuscules extrémistes qui luttent contre la présence francophone en périphérie de Bruxelles, notamment à Rhode-Saint-Genèse, selon la radio-télévision publique RTBF. L'actuelle bourgmestre (maire) de Rhode-Saint-Genèse, la francophone Myriam Delacroix-Rolin, s'est émue de la présence de cet ancien du «Belang» sur la principale liste néerlandophone de la commune.

Herman Van Rompuy, trop proche des milieux flamands?

Dans un communiqué, Mme Van Rompuy a indiqué mardi que les autres membres de sa liste avaient «condamné» les anciens propos de M. De Becker, qui lui-même les juge à présent «inacceptables». Son blog n'était d'ailleurs plus en ligne mardi. Rhode-Saint-Genèse a été le théâtre lundi soir d'un nouveau coup d'éclat du Taal Aktie Komitee (TAK, «Comité d'action linguistique»), qui a perturbé le conseil municipal en lançant des slogans antifrancophones et en tentant de maculer de peinture les inscriptions en français.

Prompt à défendre les valeurs de l'Union européenne sur la scène mondiale, Herman Van Rompuy est perçu comme trop proche des milieux flamands par un certain nombre de francophones. Il a ravivé cette image en participant début septembre au «Gordel», une randonnée politico-sportive annuelle autour de la capitale par laquelle les Flamands entendent réaffirmer le «caractère néerlandophone» de la périphérie bruxelloise.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion