A Luxembourg-Ville – Polfer lance un «appel à l'aide» face à l'insécurité

Publié

À Luxembourg-VillePolfer lance un «appel à l'aide» face à l'insécurité

LUXEMBOURG - Lydie Polfer, bourgmestre de la capitale, se confie sur les questions de sécurité. Elle veut que la police puisse être renforcée.

Lydie Polfer se sent soutenue par la population.

Lydie Polfer se sent soutenue par la population.

Editpress

L'essentiel: Où en est la Ville au sujet de la sécurité?

Lydie Polfer: Notre position est toujours la même: c’est un appel à l’aide. Il faut prendre certaines mesures au niveau législatif. Donner la possibilité à la police d’intervenir, par exemple lorsque des gens se massent dans des entrées de résidence. C’est inacceptable, comme d’entendre que la police ne peut pas intervenir.

Êtes-vous entendue?

On travaille à un texte pour donner cette possibilité à la police. Encore faut-il qu’il soit présenté à la Chambre et adopté. C’est une demande extrêmement claire qui date.

Qu'attendez-vous?

Renforcer la police, préciser la loi de 2002 sur le gardiennage. Deux citoyens sur trois approuvent fortement l’action de la Ville (ndlr: sur les agents de sécurité). Elle montre aux citoyens que la situation qu’ils vivent nous tient à cœur et qu’on veut agir pour l’améliorer. Et on va continuer.

Beaucoup de comptes politiques se règlent à la ville de Luxembourg...

Pour le moment, nous nous sentons très soutenus par ce qui est essentiel; la population.

Le ministère de la Sécurité intérieure ne tire pas tout à fait les mêmes conclusions.

Le sondage fait par l’Inspection générale de la police dit la même chose. Les gens sont demandeurs de davantage de surveillance, et de caméras à Bonnevoie... Bien sûr il faut aussi le travail social, qu’on fait énormément… Un seul ne suffit pas. C’est ce qu’on dit depuis des années. On a atteint un point où il fallait agir. Je suis très contente qu'avec les dispositions prises, ce soit devenu un sujet de discussion au Parlement, à Luxembourg et dans le grand public. Les gens dans notre société comprennent pourquoi on l’a fait.

Comment avez-vous vécu la mort d'un jeune poignardé à Bonnevoie?

Ce qui s’est passé est vraiment dramatique. C’est le moment où il faut se regarder dans la glace en se demandant si l'on a tout fait. On ne peut jamais tout empêcher, c’est évident, mais il faut que chacun soit mis devant ses responsabilités. Et travailler ensemble pour donner la meilleure réponse possible.

(Recueilli par Nicolas Martin/L'essentiel)

Ton opinion