Hobby au Luxembourg – Policier à la ville, «Mister Success» sur le ring

Publié

Hobby au LuxembourgPolicier à la ville, «Mister Success» sur le ring

LUXEMBOURG – Membre de la police grand-ducale, Arno Piren est catcheur sur son temps libre. Le combat est un spectacle, mais la douleur bien réelle.

Des cris, des objets qui volent, des coups à la pelle... Les combats de catch sont vraiment durs, même si le spectateur peut avoir l’impression que c’est du chiqué. Le Luxembourgeois Arno Piren en a bien conscience: «C’est un spectacle. On essaie de ne pas se faire mal, mais lorsque quelqu’un de 105 kilos tombe sur toi, la douleur est bien réelle».

Pour assurer sur le ring, il faut être très sportif. Arno Piren, membre de la police grand-ducale, a d'ailleurs débuté le judo à 6 ans, le catch à 17. Aujourd’hui, pour avoir une condition physique optimale, il fait deux séances de judo et une séance de cardio par semaine. Trois séances d’une heure et demie dans une salle de fitness et deux à trois heures d’haltérophilie font également partie de son entraînement.

Il avale les calories... et les kilomètres

«Je commence avec 60 kg pour m’échauffer. Puis je peux monter à 200-230 kg», explique le jeune homme de 24 ans. En soulevant chaque poids, son visage devient tout rouge. Il tient la position quelques secondes, puis pose ses poids. De grosses gouttes de sueur perlent sur son nez, la phase d’échauffement est terminée. Ensuite, l’entraînement continue avec des poids de 50 kg, accrochés aux jambes pour travailler le haut de son corps.

Sa condition physique, Arno Piren l'obtient également à la force de l'estomac. L'Eschois de 106 kg avale dès le petit-déjeuner ce qu’un employé de bureau consomme en une journée! Et il avale également les kilomètres... Il doit en effet franchir la frontière pour aller dans un club de catch, «The Wright Stuff», près d’Erlangen, car il n’en existe pas au Grand-Duché. Ce qui fait au bas mot une distance de 460 km.

Jouer avec le public

Pour lui, son hobby est un «ballet pour poids lourds». Lorsqu’il se produit, Arno Piren aime que les spectateurs réagissent: «C’est un véritable régal. Lorsqu’on met les gens en colère, on arrive à jouer avec eux». «Selon la façon dont vous les regardez et leur parlez, vous pouvez aussi bien chauffer la salle que faire redescendre la température», confie-t-il.

Arno Piren, qui devrait signer un contrat pour participer au nouveau championnat d’Europe de la ligue de catch, est actuellement à la recherche d’un nom de ring. Pour l'instant, le policier se la joue modeste, avec «Mister Success», choisi d’après une chanson de Frank Sinatra.

(Sophia Schülke/Frédéric Lambert/L'essentiel)

Ton opinion