Manifestation à Cologne – Policiers et hooligans ont croisé le fer

Publié

Manifestation à ColognePoliciers et hooligans ont croisé le fer

Au moins treize policiers ont été blessés, dont un gravement, dans des affrontements avec des hooligans à Cologne dimanche.

Environ 2 500 hooligans et militants d'extrême droite s'étaient rassemblés en début d'après-midi à Cologne.

Environ 2 500 hooligans et militants d'extrême droite s'étaient rassemblés en début d'après-midi à Cologne.

AFP

De violentes confrontations ont éclaté avec des hooligans de différentes villes allemandes réunis dimanche à Cologne, a indiqué un porte-parole de la police à l'agence SID, filiale de l'AFP. Treize policiers ont été blessés. Six personnes ont également été arrêtées, selon la même source qui n'était pas en mesure de préciser la nature des blessures des membres des forces de l'ordre.

Environ 2 500 hooligans et militants d'extrême droite qui avaient répondu à l'appel d'un groupe baptisé «hooligans contre salafistes» s'étaient rassemblés en début d'après-midi à Cologne où ils ont défilé, dans une ambiance tendue, lançant des slogans comme «les étrangers dehors», selon l'agence allemande DPA.

Radicalisation des hooligans

La police qui tentait de canaliser la manifestation et d'éviter des incidents avec quelque 500 contre-manifestants des organisations de gauche également présents, a dû faire usage «du gaz lacrymogène, des matraques et des canons à eau pour tenter de reprendre le contrôle de la situation» dans le courant de l'après-midi, a déclaré un porte-parole de la police alors que les policiers étaient la cible de jets de bouteilles, de pierres et de pétards.

Un véhicule de police a été renversé et les incidents se sont prolongés pendant plusieurs heures dans le centre-ville, notamment aux abords de la gare centrale. Dans une interview au quotidien Kölner Stadt-Anzeiger mi-octobre, le responsable régional du syndicat de la police, Erich Rettinghaus, avait affirmé que la police «observait une certaine radicalisation, principalement à droite, des hooligans» qui cherchent à utiliser le contexte international et à se faire passer pour «les bons» luttant contre l'islamisme «pour mobiliser plus de partisans».

Début octobre, des heurts violents ont eu lieu entre Kurdes et militants islamistes dans le nord de l'Allemagne, faisant plusieurs blessés, notamment à Hambourg.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion