Compétences linguistiques – Pour être élu, mieux vaut parler les trois langues

Publié

Compétences linguistiquesPour être élu, mieux vaut parler les trois langues

LUXEMBOURG - Selon le ministre de l'Intérieur, Jean-Marie Halsdorf, les politiciens qui aspirent à être élus devraient parler le luxembourgeois, le français et l'allemand.

Un politicien devrait combler ses lacunes en langues pour être élu. (editpress)

Un politicien devrait combler ses lacunes en langues pour être élu. (editpress)

LUXEMBOURG - Dans une réponse parlementaire adressée au député chrétien-social, Marc Spautz, le ministre de l'Intérieur, Jean-Marie Halsdorf (CSV) «imagine difficilement qu'une personne puisse exercer un mandat politique au Luxembourg sans être capable de maîtriser toutes les langues officielles du pays (NDLR: luxembourgeois, français et allemand)».

Pourtant, on pouvait penser que l'ouverture des fonctions de bourgmestre et d'échevin aux non-Luxembourgeois installés depuis au moins cinq ans ouvre également le régime linguistique dans le microcosme politique. D'autant plus que l'obtention de la nationalité luxembourgeoise est conditionnée à la maîtrise du luxembourgeois mais après sept années de résidence.

Pa.T

Ton opinion