Affaire Amazon – Pour Gramegna, le pays n'a rien à se reprocher
Publié

Affaire AmazonPour Gramegna, le pays n'a rien à se reprocher

LUXEMBOURG – Le ministre luxembourgeois des Finances (DP) a réaffirmé mardi sur Bloomberg TV que le Grand-Duché ne réservait aucun traitement de faveur à Amazon.

Le Luxembourg n’a pas passé d’accord illicite avec Amazon pour qu’il installe son siège européen dans le pays, a réaffirmé mardi le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP). Invité sur le plateau de la chaîne économique américaine Bloomberg TV, le ministre s’est dit «assez confiant dans le fait que le Luxembourg ait respecté toutes les règles de l’OCDE et de l’Union européenne». «Et il continuera à les respecter», promet-il.

La Commission avait annoncé mardi l’ouverture d’une enquête concernant de possibles avantages fiscaux indus accordés par le Luxembourg au géant américain. Selon Pierre Gramegna, la Commission européenne est «dans son rôle» lorsqu’elle vérifie que «la concurrence est équitable au sein de l’Union». «Les autorités fiscales du Grand-Duché coopèrent de façon étroite avec la Commission et continueront à fournir toutes les informations nécessaires».

De manière générale, Pierre Gramegna a voulu corriger l’image qui colle à son pays. «Le Luxembourg ne peut pas du tout être considéré comme un paradis fiscal». Le pays «coopère aux efforts de l’OCDE pour instaurer de nouvelles règles», notamment en matière de transparence. «Nous défendons ces évolutions pour une concurrence plus loyale. C’est notre intérêt en tant que petit pays, au cœur de l’Union européenne», a-t-il déclaré, avant de rappeler que le Grand-Duché s’était engagé à participer aux échanges automatiques d’informations à partir de 2015.

(jg/L'essentiel)

Ton opinion