Publié

CoronavirusPour le LISER, «le maintien du télétravail est vital»

LUXEMBOURG - Le LISER insiste sur la nécessité de maintenir le télétravail dans les entreprises et de poursuivre la distanciation sociale pour éviter un rebond de l'épidémie au Luxembourg.

Le LISER souhaite la poursuite du télétravail dans la mesure du possible au Luxembourg.

Le LISER souhaite la poursuite du télétravail dans la mesure du possible au Luxembourg.

L'épidémie de coronavirus est sous contrôle au Luxembourg, où on enregistre au maximum une quinzaine de cas par jour sur plusieurs milliers de tests effectués. Pour autant, un retour aux habitudes d'avant la crise serait particulièrement risquée, explique le LISER (Luxembourg Institute of Socio-Economic Research) dans une étude rétrospective dévoilée jeudi.

«Sans télétravail, la courbe épidémique n'aurait pas baissé avant la fin de l'année»

Pour arriver à cette conclusion, le LISER se base sur les études effectuées durant la confinement, notamment: «Le processus de contamination dépend autant du nombre d'heures passées au bureau que du nombre de personnes contaminées et des mesures de prévention (hygiène, masques, distanciation sociale)».

«Si les personnes qui télétravaillent étaient restées au bureau durant l'épidémie, la courbe épidémique n'aurait pas diminué avant la fin de l'année et un deuxième pic aurait été observé», poursuit le LISER.

«Maintenir la distanciation sociale en famille»

Parmi les autres recommandations, l'institut insiste sur la nécessité de «maintenir la distanciation sociale et les différentes mesures d'hygiène lors de tous les rassemblements, y compris familiaux». Le fait de réaliser des tests PCR sur les travailleurs résidents et frontaliers est considéré comme «suffisant pour éviter un rebond du nombre d'infections». Le «tracing» et les mesures de quarantaine pour les personnes contaminées sont également salués.

«Zéro infection mi-juin sans redémarrage de l'économie»

Le LISER a également profité de cette étude pour revenir sur les effets bénéfiques du confinement. Illustration de ses effets sur le nombre de contaminations, «il y aurait eu 0 infection journalière à la mi-juin sans redémarrage de l'économie».

Un redémarrage toutefois indispensable considérant les conséquences importantes de cet arrêt momentané: «Chaque semaine de "lockdown" s'est traduite par une chute d'environ 28% de la production nationale hebdomadaire», indique le LISER. La construction, l'Horesca et les services de commerce de gros et de détail ont été les secteurs les plus impactés.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion