Au Luxembourg – «Pour les jeunes, le don d’organes est important»

Publié

Au Luxembourg«Pour les jeunes, le don d’organes est important»

LUXEMBOURG - L’ASBL Protransplant.lu milite pour le développement du don d’organes.

Si un porteur de cette carte est en mort cérébrale, deux médecins indépendants vérifient son état avant de prélever les organes.

Si un porteur de cette carte est en mort cérébrale, deux médecins indépendants vérifient son état avant de prélever les organes.

Editpress/Hervé Montaigu

«Dernièrement, nous avons mené une campagne de sensibilisation avec les élèves d’une école de commerce, à la Belle Étoile. En deux jours, nous avons distribué 450 passeports de vie aux jeunes et aux clients», avance Fernand Kneip, de Protransplant.lu.

Cette ASBL milite pour la promotion du don d’organes, notamment par la distribution des passeports de vie, ces cartes qui permettent d’indiquer que le porteur est favorable au prélèvement de ses organes. «Nous en distribuons beaucoup, nous en avons mis à disposition dans les pharmacies et les cliniques, par exemple, mais ne savons pas combien ont été remplis et combien de gens sont disposés à donner leurs organes», reprend Fernand Kneip.

«Mort, vos organes ne vous servent plus à rien»

Du coup, Protransplant verrait d’un bon œil la création d’un registre national des donneurs d’organes, qui n’existe pas pour le moment au Luxembourg. En attendant, l’association poursuit son travail militant, notamment dans les établissements scolaires. «Les jeunes sont très sensibles à ces sujets et prennent volontiers leur passeport de vie. Les personnes plus âgées ont plus d’hésitations».

Les membres de Protransplant ont aussi vu de plus en plus de lycéens mener des projets de 12e en lien avec le don d’organes. Des retours positifs, donc, pour l’ASBL qui tient son assemblée générale ce mardi soir. Et qui base son action sur des arguments simples mais efficaces. «Aujourd’hui, tout le monde peut avoir besoin d’un organe en raison d’une maladie ou d’un accident, à tout âge». En outre, «une fois mort, vos organes ne vous servent plus à rien». Autant en faire profiter ceux qui en ont besoin!

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Ton opinion