Lunex - Episode 29 – Pour quel athlète «crush» allez-vous craquer?

Publié

Lunex - Épisode 29Pour quel athlète «crush» allez-vous craquer?

Avec le changement médiatique et l’importance croissante des médias digitaux qui y est lié, les sportifs peuvent désormais construire plus facilement leur image.

Le joueur de tennis Roger Federer est un des athlètes dont le caractère est considéré comme étant positif par rapport à de possibles sponsorings.

Le joueur de tennis Roger Federer est un des athlètes dont le caractère est considéré comme étant positif par rapport à de possibles sponsorings.

AFP/Gary Hershorn

Alors que les athlètes et les équipes devaient jadis compter sur les médias dits «classiques» afin de se faire remarquer des sponsors, ils peuvent désormais offrir directement au public un large aperçu de leur vie d’athlète et «d’Homme» et prennent ainsi personnellement «leur marque» en main.

Cependant, tous les athlètes ne parviennent pas à atteindre le nombre de followers requis par les agences et les marques. Tous les athlètes ne parviennent pas à rassembler un nombre de fans suffisant pour leur permettre de devenir une marque d’envergure internationale. De plus, des faits « mesurables» augmentent la probabilité d’être perçu de manière positive par les fans (= likes et followers) et sont donc importants pour être attractif pour les fans et les sponsors et se voir proposer des contrats.

Le modèle de «l’athlète CRUSH» propose une approche intéressante. Lorsqu’un athlète suscite des émotions fortes et positives chez ses fans, cela peut s’expliquer de par son caractère unique, sa capacité à être un modèle, ses aptitudes sportives et son attractivité. Ces caractéristiques sont valables aussi bien online qu’offline et déterminent l’attitude que les fans ont envers leurs athlètes. Si un athlète parvient à satisfaire une ou plusieurs de ces caractéristiques, ses chances de devenir une marque internationale sont plus élevées, et inversement.

Quels athlètes vous font vibrer et avec lesquels parvenez-vous le mieux (ou le moins bien) à vous identifier? Ces exemples pratiques apportent des éléments de réponse :
• Roger Federer et Fabian Cancellara sont, par exemple, des athlètes dont le caractère est considéré comme étant positif eu égard à de possibles sponsorings. Ils sont toujours polis, prennent le temps pour des œuvres de bienfaisance et ne se font pas remarquer de façon négative que ce soit sur ou en dehors du terrain, sans vouloir construire activement leur image.
• Beaucoup d’athlètes peuvent être des modèles. Cependant, des histoires particulières comme celles des athlètes paralympiques nous touchent plus pour des raisons émotionnelles. Si ces athlètes parviennent à franchir des obstacles pratiquement insurmontables en courant, nageant ou sautant, alors ils sont à juste titres des athlètes au sens du CRUSH.
• Un caractère unique est depuis toujours un avantage marketing. Quelqu’un qui est «différent» polarise et fait parler de lui. Il a ce petit «quelque chose» et sait mettre en scène ses traits de caractères bien à lui. Le meilleur exemple: Zlatan Ibrahimovic.
• Lorsque les performances sportives sont hors pair et qu’elles dépassent les capacités techniques de l’adversaire, alors les chances d’avoir beaucoup de (nouveaux) fans sont élevées.
• Enfin, l’apparence joue aussi un rôle à ne pas négliger d’un point de vue marketing. Des athlètes attractifs sont mieux positionnés et contribuent à la vente du produit qu’ils représentent. Si un athlète «attractif» représente par exemple un produit cosmétique, un lien sera inconsciemment établi entre les avantages du produit et l’attractivité de l’athlète et le client aura davantage tendance à acheter.

Plus d’informations sur le principe CRUSH sur www.athletecrush.com

(Britta Hannig /Lunex/L'essentiel)

Ton opinion