Flambée à la pompe – Pourquoi ne pas bloquer le prix des carburants?

Publié

Flambée à la pompePourquoi ne pas bloquer le prix des carburants?

Bloquer les prix des carburants est «envisageable» en réduisant les taxes mais coûteux, a estimé mardi l'Union française des industries pétrolières.

Les taxes représentent 60% du prix du SP 95 et 50% du prix du gazole. (AFP)

Les taxes représentent 60% du prix du SP 95 et 50% du prix du gazole. (AFP)

«Si le gouvernement a les moyens de réduire les taxes de façon à ce que le prix des carburants (...) demeure fixe, bloqué, c'est envisageable mais ce n'est pas une mesure gratuite», a affirmé le président de l'Ufip, Jean-Louis Schilansky, sur Radio Classique. Les prix de l'essence et du gazole ont atteint en France de nouveaux sommets la semaine dernière, alors que l'idée d'un blocage des prix a suscité une polémique entre candidats à la présidentielle.

«Bloquer les prix des produits pétroliers ça ne peut pratiquement se faire qu'en bloquant ou en diminuant les taxes» car «on ne peut avoir un prix de produit pétrolier hors taxes qui soit plus bas en France qu'il ne l'est dans les autres pays du monde», a expliqué le responsable de l'Ufip.

Rétablir une TIPP flottante

Les taxes représentent 60% du prix du SP 95 et 50% du prix du gazole, tandis que «les prix hors taxe sont parmi les plus bas d'Europe», selon l'Ufip. M. Hollande s'est prononcé lundi en faveur d'un blocage des prix de l'essence pendant «trois mois», période à l'issue de laquelle il rétablirait une TIPP «flottante», afin de «restituer au consommateur ce que l'État n'a pas à avoir comme recettes supplémentaires». La TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers) «flottante» consiste à baisser les taxes quand le baril monte et à les augmenter quand il baisse.

Pour le ministre de l'Énergie, Eric Besson, un blocage sur 3 mois représenterait «une charge prohibitive pour le budget de l'État». Selon lui, le blocage d'une augmentation de 10 centimes pour 3 mois représenterait une charge de 1,25 milliard d'euros pour l'État.

Évolution des prix au Luxembourg

(L'essentiel Online/AFP)

De nouveaux sommets

Les prix de l'essence et du gazole à la pompe ont atteint en France de nouveaux sommets la semaine dernière, selon des données publiées lundi par le ministère du Développement durable. Le prix moyen du litre de super sans plomb 95 a grimpé vendredi à un niveau record de 1,60 euro, tandis que celui du gazole a atteint son plus haut niveau de l'année à 1,44 euro, se rapprochant de son record historique du printemps 2008 (1,4541 euro), d'après les chiffres compilés par la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC). Le prix moyen du litre de super sans plomb 98 (dont les ventes sont très inférieures au SP 95) a lui aussi battu un record historique à 1,64 euro.

Les ventes de gazole représentent environ 80% de la consommation française de carburants automobiles, le super sans plomb 95 un peu moins de 15% et le super sans plomb 98 autour de 5%.

Au Luxembourg

Ton opinion