Secteur financier – Pourquoi pas un ordre des banquiers?

Publié

Secteur financierPourquoi pas un ordre des banquiers?

Le ministre des Finances britannique George Osborne a plaidé mercredi pour la création d'un organisme professionnel chargé d'encadrer la profession de banquier, comme cela se fait par exemple pour les médecins.

«Nous voulons abriter des services financiers mais nous voulons qu'ils soient plus sûrs», a indiqué George Osborne. (AP)

«Nous voulons abriter des services financiers mais nous voulons qu'ils soient plus sûrs», a indiqué George Osborne. (AP)

«Dans les professions médicales ou d'enseignement par exemple, nous attendons le respect de certaines normes, qui sont souvent administrées par la profession» et il serait intéressant de «voir comment nous pouvons créer quelque chose de similaire dans le secteur bancaire», a déclaré M. Osborne, devant la commission parlementaire sur les pratiques bancaires mise sur pied après le scandale du Libor. La banque Barclays avait reçu cet été une amende de 290 millions de livres pour cette affaire de manipulations de taux interbancaires.

Le ministre a aussi défendu la mise en place de la réforme bancaire issue des conclusions de la commission Vickers, qui doit voir la séparation des activités de banque de détail et d'investissement au Royaume-Uni, d'ici 2019. Il a encouragé les parlementaires à ne pas recommencer le processus de réforme à zéro. «Ce serait détricoter un consensus qui a été atteint sur les deux dernières années», a fait valoir le chancelier de l’Échiquier. Cette réforme vise à tirer les leçons de la crise financière et éviter un nouveau sauvetage des banques aux frais des contribuables. Elle doit être prochainement traduite dans une loi.

Des services financiers «plus sûrs»

«Il existe un problème culturel dans la banque de détail aussi bien que dans la banque d'investissement», a reconnu M. Osborne, en évoquant les affaires de ventes de produits financiers inadaptés aux particuliers comme aux PME qui ont secoué le secteur bancaire britannique. «Nous voulons abriter des services financiers mais nous voulons qu'ils soient plus sûrs», a-t-il déclaré. Le secteur bancaire s'était inquiété de l'impact d'une réforme qui lui coûtera cher et avait menacé de fuir Londres, aujourd'hui la première place financière d'Europe et l'une des plus importantes dans le monde.

«Je veux que la Grande-Bretagne soit le siège de grandes banques qui aient du succès. Ce serait dommage de dire à des groupes comme HSBC qu'ils ne peuvent pas être basés au Royaume-Uni», a ajouté M. Osborne, en expliquant pourquoi la réforme du secteur ne doit pas non plus être trop radicale.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion