Manifestation au Luxembourg – «Poutine ne s'arrêtera pas là, ouvrez les yeux»

Publié

Manifestation au Luxembourg«Poutine ne s'arrêtera pas là, ouvrez les yeux»

LUXEMBOURG/KIEV - Plusieurs dizaines de personnes étaient rassemblées, à 12h30, pour prêter main forte au peuple ukrainien. Un soutien et beaucoup de peur.

Des larmes et des voix qui tremblent. L’ambiance était lourde ce jeudi, à 12h30, sur la place Clairefontaine, à Luxembourg, où des dizaines de personnes s’étaient spontanément réunies pour marquer leur soutien à l’Ukraine, attaquée durant la nuit par la Russie de Vladimir Poutine. «Vous pouvez voir nos yeux, je ne peux m’arrêter d’y penser, je n’ai plus les mots», confie Anastasiia, 40 ans.

À ses côtés, d’autres Ukrainiens meurtris. «Mes parents vivent à Bila Thserkva, une ville de 200 000 habitants à 80 km de Kiev. Ils ont été réveillés à 5h par le bruit des bombes, des vitres ont explosé», raconte Svitlana, 30 ans, qui travaille dans la finance au Grand-Duché.

Chacun, portable en main, montre les textos venus d’Ukraine dans la nuit. «Ma ville natale est déjà envahie», lance Nicolas Zharov, président de l’association des Ukrainiens au Luxembourg, s’adressant à tous les manifestants parfaitement calmes. «Stop agression», «Poutine rentre chez toi», «L’Ukraine résistera», «Stop à la guerre», pouvait-on lire sur des panneaux, certains peints sur place.

Nicolas Zharov, lui, a poursuivi son discours en français «pour s’adresser plus clairement aux institutions européennes». Selon lui, «le monde doit ouvrir les yeux, car Poutine commence la troisième guerre mondiale. Il ne s’arrêtera pas là. Les Pays Baltes, la Pologne, la Tchéquie… tous les pays qui avaient l’influence de l’Union soviétique sont en danger».

Dans la foule, Olga, 32 ans, rappelle que les frontières ukrainiennes font le lien avec l’Union européenne. En évoquant sa crainte d’un «conflit global», son compagnon Michel, 31 ans, craque sous l’émotion: «Je suis désolé. Mais je ressens de la colère parce que ce qui s’est passé durant la nuit n’est pas une surprise». Certains autour concèdent néanmoins qu’ils croyaient encore à un «miracle» jusqu’à mercredi.

Désormais, tous attendent une réaction au Luxembourg et internationale, des sanctions, une intervention même encore diplomatique, pour mettre un terme à ce «cauchemar». Une autre manifestation statique est prévue ce samedi, à 10h, place Clairefontaine.


Appel aux dons

Caritas Luxembourg «s’attend à ce que dans les prochains jours et semaines, des centaines de milliers de personnes, voire des millions, soient contraintes de quitter leur chez-soi pour chercher un endroit sécurisé en Ukraine ou dans les pays voisins» et a déjà débloqué 50 000 euros. Elle lance un appel aux dons.

Toutes les infos sur www.caritas.lu

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Ton opinion