JO d'hiver – Première médaille pour l'Espagne depuis 26 ans

Publié

JO d'hiverPremière médaille pour l'Espagne depuis 26 ans

Regino Hernandez a remporté la première médaille olympique aux Jeux d'hiver pour l'Espagne depuis 26 ans, en prenant le bronze sur le snowboardcross, jeudi.

Regino Hernandez a terminé 3e.

Regino Hernandez a terminé 3e.

AFP/Loic Venance

«C'est quelque chose d'incroyable, c'est un rêve devenu réalité», s'est réjoui le rider de 26 ans. «Je ne sais pas quelle répercussion cela va avoir en Espagne, mais j'espère que ça va faire bouger les choses parce que nous sommes un sport minoritaire et j'espère que les gens commenceront à en savoir plus sur ce sport si incroyable et dans lequel l'Espagne a un excellent niveau à l'échelle mondiale».

«Nous sommes trois dans l'équipe nationale, dont deux sont dans le top 10 mondial, et l'autre dans le top 20. C'est-à-dire que nous avons un excellent niveau», a-t-il poursuivi. Hernandez, qui a coupé la ligne en troisième position dans une finale où trois des six «riders» sont tombés, était pourtant loin d'être attendu après avoir terminé seulement 31e aux JO de Vancouver en 2010, et 21e il y a quatre ans à Sotchi.

À un cheveu de la médaille d'argent

En revanche l'Espagne attendait beaucoup de son porte-drapeau Lucas Eguibar, mais celui-ci a été éliminé dès les 8es de finale. Hernandez s'est frayé un chemin jusqu'en finale avec autorité: 3e de son huitième de finale, il a ensuite remporté son quart et sa demi-finale. Et dans la manche décisive, il a pris la troisième place derrière le grand favori français Pierre Vaultier, qui a conservé son titre olympique, et l'Australien Jarryd Hughes.

Il s'en est même fallu de peu qu'Hernandez décroche l'argent, battu d'un cheveu (11/100e de seconde) par Hughes. Jusqu'à présent l'Espagne n'avait remporté que deux médailles aux Jeux d'hiver. La première par Francisco Fernandez Ochoa, sacré sur le slalom à Sapporo en 1972, et la seconde par... sa petite sœur, Blanca Fernandez Ochoa, médaillée de bronze en slalom à Albertville en 1992.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion