A Contern – Premiers tours de roues pour la navette autonome
Publié

À ConternPremiers tours de roues pour la navette autonome

CONTERN - La première navette circulant de manière autonome au Luxembourg a séduit un large public, ce mercredi, sur la zone industrielle de Contern.

Sans le moindre conducteur et sur un petit circuit préprogrammé, près d’une centaine de personnes ont testé, ce mercredi sur la zone industrielle de Contern, une des premières navettes 100% autonome, électrique et partagée, destinée à accomplir le dernier kilomètre entre un point d’arrêt et le siège d’une société. Durant une bonne partie de la matinée et sous le soleil, 14 personnes et 1 accompagnateur se sont succédé, sans la moindre difficulté, dans le séduisant véhicule de la marque Navya de l’opérateur Sales-Lentz.

«On ne s’attendait pas à voir autant d’entreprises nous poser toutes ces questions», s’est félicitée la bourgmestre de Contern, Marion Zovilé-Braquet. «La navette circulera pendant trois mois, gratuitement dans un premier temps, à partir de vendredi, entre la gare et la zone industrielle lors d’une première phase de test. En décembre, on espère que le bilan sera positif. Une navette coûtera 200 000 euros par an, c’est trop pour une petite commune, nous allons donc devoir établir des partenariats publics-privés pour assurer le financement».

Diaporama: Premiers tours de roue de la navette autonome

2 000 utilisateurs potentiels

Un petit tour sur un parking aura peut-être suffi pour convaincre plusieurs patrons de franchir le pas. «C’était un plaisir de tester ce véhicule autonome», a commenté Michael Maus, chief operation officer de la société Dartalis. «Les tournants sont effectués plus souplement et c’est rassurant. Ce projet risque de séduire mes treize consultants qui se déplaceront plus facilement de leur domicile au bureau». Le son de cloche est identique chez Jean-Paul Neu, directeur général de Dussmann Luxembourg: «Je suis très impressionné et j’attends avec impatience de voir comment ce service va être financé», dit-il. «Pour les petites distances, cette navette va proposer une solution pour fluidifier le trafic. Je suis très confiant en cette nouvelle technologie».

L’opérateur de la navette, Sales-Lentz, espère quant à lui pouvoir rentabiliser ce projet-pilote. «Ce véhicule intéressera potentiellement 2 000 personnes qui circulent entre la gare ferroviaire et la zone industrielle de Contern», précise Georges Hilbert, directeur général. «On travaille dessus depuis deux ans et avec la nouvelle fonction d’opérateur-accompagnateur de la navette autonome, on va créer un nouveau métier. Il n’y aura plus de conducteur, mais une personne formée assurera toujours la sécurité et le confort des passagers. Le coût est significatif pour notre entreprise car c’est de la haute technologie, nous ne donnerons pas de chiffre, mais on espère rentabiliser ce service à moyen terme».

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Ton opinion