Au Luxembourg: Près d'un ménage sur 4 a du mal à joindre les deux bouts

Publié

Au LuxembourgPrès d'un ménage sur 4 a du mal à joindre les deux bouts

LUXEMBOURG - Si la situation des ménages s'est globalement améliorée en 2021, les inégalités tendent à se creuser.

bankruptcy, financial crisis and poverty concept - close up of man showing hand with euro money coins and empty pockets over grey background

La situation s'est améliorée en 2021.

Globalement, les ménages résidents ont connu des fins de mois un peu moins difficiles en 2021 qu'en 2020, selon les premiers résultats de l'enquête sur les revenus et les conditions de vie des ménages conduite par le Statec. 23,4% des ménages résidents déclaraient ainsi avoir des difficultés à joindre les deux bouts, contre 26,5% en 2020 et 24,7% en 2019.

La proportion des ménages concernés par des privations matérielles a par ailleurs reculé pour plusieurs indicateurs: 21,3% des ménages n'étaient pas en capacité de faire face à une dépense imprévue (contre 22% en 2020) et le remboursement des dettes et des emprunts représentaient une charge importante pour 71,2% des ménages interrogés (contre 73% en 2020).

Toutefois, ceux qui sont dans le dur, l'étaient davantage en 2021. Tout d'abord la proportion des ménages dans des situations financières «très difficiles» a légèrement augmenté (de 3,6 à 3,9%). De plus, les privations matérielles pour ceux qui sont à la peine à à la fin du mois ont augmenté: ils étaient 67,5% à ne pas pouvoir faire face à une dépense imprévue (contre 57,5% en 2020) et sont 12,3% à ne pas pouvoir payer un repas à base de viande tous les deux jours (contre 6,9%) ou encore 42% à ne pas pouvoir se payer une semaine de vacances loin de leur domicile (contre 35,7%).

Ils sont également plus de 50% à ne pas pouvoir remplacer des meubles usés (contre 43,2%) et 48,2% à avoir contracter des emprunts (hors résidence principale) alors qu'ils n'étaient que 43,2% en 2020.

(mc)

Ton opinion

30 commentaires