Au Luxembourg: «Près de 40 interventions par jour pour des nids de guêpes»

Publié

Au Luxembourg«Près de 40 interventions par jour pour des nids de guêpes»

LUXEMBOURG – Les guêpes sont massivement de retour au Grand-Duché et les entreprises chargées de les neutraliser ne manquent pas de travail.

par
Frédéric Lambert
Les entreprises chargées d'éliminer les nids de guêpes qui dérangent ne chôment pas ces temps-ci.

Les entreprises chargées d'éliminer les nids de guêpes qui dérangent ne chôment pas ces temps-ci.

Frédéric Lambert

Grâce à un printemps relativement sec, les guêpes se sont bien développées au Luxembourg et des nids peuvent déjà ressembler à des melons ou à de petits ballons de football. «On est reparti sur le même tempo qu'en 2019», souligne d'emblée Eddy Boland, gérant de la société RHS Hygiène Service, basée à Erpeldange. «Il y a trois ans, il y avait déjà énormément de guêpes et c'est reparti depuis pratiquement trois semaines. Sur une seule journée, je dois gérer une quarantaine d'appels. Tous nos techniciens sont sur le pied de guerre. Et on a même dû prendre une personne en renfort».

Terrasses, cabanes de jardin, sous les toitures, dans les cages à volet, les guêpes ne manquent pas de roublardises pour construire leurs nids, bien au frais. «Et dès qu'il y a un rayon de soleil, les gens nous téléphonent, car ils vont dehors et les guêpes ont tendance à les ennuyer sur les terrasses. Elles les empêchent ensuite d'ouvrir les fenêtres et c'est parfois compliqué de manger dehors en présence de guêpes».

Avec un printemps relativement sec, les guêpes se sont développées et les nids atteignent la taille «d'un melon ou d'un petit ballon de football».

Avec un printemps relativement sec, les guêpes se sont développées et les nids atteignent la taille «d'un melon ou d'un petit ballon de football».

Frédéric Lambert

«On n'ira jamais éliminer un nid de guêpes au milieu des bois».

En quoi consiste une intervention des équipes d'Eddy Boland face aux guêpes? «Pour les interventions en hauteur, on dispose d'un spécialiste», précise-t-il d'emblée. «Pour le reste, on nous demande généralement d'intervenir le plus rapidement possible. On arrive à tenir un délai de 24 ou 48 heures. Avec une combinaison de protection, on injecte une poudre sèche sous pression dans le nid. Et dès ce moment-là, on est tranquille, il ne faudra que quelques heures pour que les guêpes meurent».

La majeure partie des interventions de RHS ont lieu en ville ou dans le sud du pays. «C'est assez chouette, car on arrive toujours un peu en sauveur et les gens sont contents de nous voir», se félicite Eddy Boland. «Après, on rappelle aussi que les guêpes sont très utiles. On n'ira jamais éliminer un nid de guêpes au milieu des bois. Quand il y a un danger pour des enfants, par exemple, on n'hésite pas. On ne traite que les nids qui dérangent. On ne fait pas ça pour le plaisir».

Frédéric Lambert

Ton opinion

9 commentaires