Justice à Marseille: Prison ferme pour celle qui harcelait Inès Reg

Publié

Justice à MarseillePrison ferme pour celle qui harcelait Inès Reg

Une trentenaire a écopé de deux ans de prison, dont un ferme, pour avoir fait vivre un enfer à l’humoriste. L’influenceuse Anaïs Camizuli était aussi parmi ses victimes. 

Inès Reg, 30 ans, n’a pas réagi publiquement à la condamnation. 

Inès Reg, 30 ans, n’a pas réagi publiquement à la condamnation. 

AFP

C’est la fin d’un long calvaire pour Inès Reg. Un tribunal de Marseille a condamné, lundi 26 septembre 2022, une femme pour des faits de harcèlement. Cette trentenaire a écopé de deux ans de prison, dont un ferme, ainsi que d’une obligation de se soigner, rapporte La Provence. Logiquement, elle a également l’interdiction d’approcher l’humoriste, finaliste de la dernière saison en date de «Pékin Express». 

Marina, une puéricultrice de 38 ans, n’a eu de cesse de suivre Inès depuis ses débuts en 2020, dès ses premiers spectacles dans de petites salles parisiennes. Ce qui avait tendance à flatter celle qui commençait dans le métier. Petit à petit, cette admiratrice s’est montré de plus en plus intrusive. Elle lui a offert de nombreux cadeaux, parfois onéreux à plus de 300 euros, ou certains provenant de la boutique préférée d’Inès, alors même qu’elle n’en avait jamais parlé publiquement. D’après le quotidien, cette femme aurait même fait un aller et retour Paris-Marseille pour apporter des fleurs et des chocolats à l’humoriste qui était malade.

Face à ce comportement, Inès Reg a fini par prendre peur. Elle a tenté d’interdire l’entrée de ses spectacles à sa harceleuse, sans succès. Elle a même dû annuler une date à Marseille, ville d’origine de cette «fan», de peur de la croiser. En février 2020, elle a pris le taureau par les cornes et a porté plainte après une série de messages menaçants. Dans la foulée, elle a obtenu de son médecin un arrêt de travail d’un mois pour «stress aigu», «troubles du sommeil avec insomnie» et «hypervigilance».

Inès Reg n’est pas la seule victime de Marina. L’influenceuse Anaïs Camizuli en a également fait partie. Elle était présente au tribunal, lundi 26 septembre 2022. En plus de lui offrir des cadeaux, la harceleuse se postait régulièrement en face de chez elle, même en pleine nuit sous la pluie. Elle s’était aussi fait passer pour la mère d’Anaïs pour contracter un abonnement de téléphonie mobile. Encore plus glaçant: Marina a tout tenté pour se faire embaucher dans la crèche de la fille de la gagnante de «Secret Story 7». «Merci la justice», a posté Anaïs en story avec le lien de l’article de La Provence qui raconte le procès. 

La réaction d’Anaïs Camizuli à l’issue du procès. 

La réaction d’Anaïs Camizuli à l’issue du procès. 

Instagram
(fec)

Ton opinion

2 commentaires