Après l'attentat – Prison pour des lardons posés devant la mosquée

Publié

Après l'attentatPrison pour des lardons posés devant la mosquée

NANCY - Un homme se disant «choqué» et «perturbé» par l'assassinat d'un prêtre, près de Rouen, par des jihadistes, a été condamné à six mois de prison avec sursis à Nancy.

En réaction à cet attentat, il avait déposé des lardons devant une mosquée en Lorraine. Le prévenu, un charcutier-traiteur au chômage, âgé de 38 ans, était jugé vendredi devant le tribunal correctionnel de Nancy, en comparution immédiate, pour «violences commises en raison de l'appartenance de la victime à une religion», a expliqué samedi son avocate Me Isabelle Baumann.

Quelques heures après l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, il s'était rendu mardi après-midi à la mosquée de Tomblaine, en banlieue de Nancy. «Très perturbé par l'assassinat du prêtre le jour même», et «plein de haine», selon ses propres termes, l'homme a déposé des lardons dans la boîte aux lettres de la mosquée, puis a «tartiné» la porte de cette boîte avec le reste des lardons. «C'est un acte complètement idiot», a commenté son avocate. «Les gens réagissent à chaud puis ils le regrettent», a-t-elle ajouté.

«Il s'est excusé, il était confus», toujours selon elle. Selon une femme présente devant la mosquée au moment des faits, le prévenu aurait mimé un geste d'égorgement à son attention. L'homme a cependant nié ce geste, et n'a pas été poursuivi pour cela.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion