Procès Fourniret : «j’irais cracher sur votre tombe»
Publié

Procès Fourniret : «j’irais cracher sur votre tombe»

Face-à-face tendu mercredi entre le père de Céline Saison et Michel Fourniret. Les habitants de Charleville-Mézières ont assisté en nombre à l’audience.

Ce coup-ci, c’est Michel Fourniret qui était acculé et ne pouvait reculer, coincé dans son box des accusés. L’accusé n’a pas pu éviter le face-à-face que lui a imposé le père de Céline, une de ses victimes, lors de l’audience de mercredi à la cour d'assises des Ardennes.

«Simplement vous regarder»

"C'est la troisième fois qu'on se rencontre, deux fois vous avez fui, une fois en Belgique, une fois en France, lors des reconstitutions. Cette troisième fois est la bonne", a lancé d'une voix calme, Jean-Pierre Saison, le père de la jeune fille, debout face au box des accusés. "Je veux simplement vous regarder, vous verrez peut-être à travers mes yeux le regard de Céline", a-t-il poursuivi avant de fixer en silence pendant quelques secondes Michel Fourniret.

"J'ai tellement de haine que si la vie me le permet, j'irai cracher sur votre tombe", a-t-il ajouté. Dans une salle annexe où près de 200 personnes assistaient aux débats retransmis sur grand écran, le public a applaudi spontanément cette dernière remarque. Les habitants de Charleville-Mézières se sont rendus en grand nombre au tribunal, la famille Saison étant originaire de la ville.

Enlevée, violée et tuée

Céline Saison avait disparu le 16 mai 2000 à Charleville après avoir passé une épreuve de bac blanc dans son lycée. Des restes de son corps avaient été retrouvés le 22 juillet 2000 par des promeneurs dans un bois en Belgique, le long de la frontière franco-belge. Dans cette affaire, Michel Fourniret est accusé d'avoir enlevé, violé et tué la lycéenne. En début d'audience, l'accusé a reconnu l'enlèvement et l'assassinat, mais il a contesté l'accusation de viol.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion