Chine: «Xi Jinping, démission!»: protestations à Shanghai contre les confinements anti-Covid

Publié

Chine«Xi Jinping, démission!»: protestations à Shanghai contre les confinements anti-Covid

La lassitude s’accroît contre la politique draconienne de lutte contre la pandémie en Chine, où des protestations ont déjà eu lieu dans plusieurs villes récemment.

La Chine continue d’imposer des confinements dès l’apparition de cas, à placer en quarantaine dans des centres les personnes testées positives et à exiger des tests PCR quasi-quotidiens pour l’accès aux lieux publics. (Image d’illustration)

La Chine continue d’imposer des confinements dès l’apparition de cas, à placer en quarantaine dans des centres les personnes testées positives et à exiger des tests PCR quasi quotidiens pour l’accès aux lieux publics. (Image d’illustration)

AFP

Des protestations contre les confinements ont éclaté dimanche à l’aube à Shanghai, ont rapporté des témoins oculaires, alors que la colère monte en Chine contre la draconienne politique de «zéro Covid» pratiquée par le gouvernement depuis près de trois ans.

Une vidéo largement diffusée sur Internet, et que l’AFP a géolocalisée dans la rue Wulumuqi dans le centre-ville de Shanghai, montre certains protestataires crier «Xi Jinping, démission!» et s’en prendre aussi au Parti communiste chinois, une rare démonstration d’hostilité contre le président et le régime dans la capitale économique du pays.

AFP

«Échauffourées mineures»

Une autre vidéo transmise à l’AFP par un témoin oculaire montre des gens se rassembler dans le centre de Shanghai pour rendre hommage aux dix personnes tuées dans un incendie à Urumqi, dans le Xinjiang (ouest). De nombreux posts circulant sur les réseaux sociaux en Chine accusent les mesures anti-Covid d’avoir aggravé le drame en ralentissant l’arrivée des secours.

Selon d’autres publications sur les réseaux sociaux, des veillées à la mémoire des victimes d’Urumqi ont eu lieu dans plusieurs universités du pays. Une personne ayant participé aux protestations à Shanghai a dit à l’AFP, sous le couvert de l’anonymat, être arrivée vers 2 heures du matin au rassemblement.

«Un groupe de personnes en deuil déposait des fleurs sur le trottoir, un autre groupe scandait des slogans», a raconté ce témoin. «Il y a eu quelques échauffourées mineures mais dans l’ensemble, le maintien de l’ordre a été civilisé», a-t-il poursuivi. «Au moins deux personnes ont été emmenées par la police pour des raisons inconnues».

Censure sur Weibo

Les autorités n’ont pas tardé à restreindre les discussions en ligne sur la manifestation. L’expression «route d’Urumqi» a été censurée sur la plateforme Weibo, proche de Twitter, presque immédiatement après la diffusion des images des rassemblements.

La lassitude s’accroît en Chine contre la politique draconienne de lutte contre la pandémie. Des protestations sporadiques et parfois violentes ont déjà eu lieu dans plusieurs villes ces derniers jours, notamment dans la plus grande usine d’iPhone du monde située à Zhengzhou, dans le centre du pays, et propriété du géant taïwanais Foxconn. 

Centaines de manifestants dans une université de Pékin 

À Pékin, plusieurs centaines d’étudiants de la prestigieuse Université Tsinghua ont pris part dimanche à une manifestation contre la politique de lutte contre le Covid-19 menée par le gouvernement chinois, selon un témoin oculaire interrogé par l’AFP et des images publiées sur les réseaux sociaux. «À 11h30 (4h30 au Luxembourg), des étudiants ont commencé à brandir des pancartes à l’entrée de la cantine. Puis de plus en plus de gens les ont rejoints. Maintenant, il y a entre 200 et 300 personnes. On a chanté l’hymne national et l’Internationale et scandé: ''la liberté triomphera''», a dit cet étudiant à l’AFP.

Malgré plusieurs vaccins à disposition, et à rebours du reste du monde, le pays asiatique continue d’imposer des confinements dès l’apparition de cas, à placer en quarantaine dans des centres les personnes testées positives et à exiger des tests PCR quasi quotidiens pour l’accès aux lieux publics. 

(AFP)

Ton opinion

6 commentaires