Publié

CoronavirusQantas va supprimer 6 000 emplois

La compagnie australienne a annoncé un plan de restructuration sur trois ans pour survivre à la crise économique. Un poste sur cinq sera supprimé.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

La compagnie aérienne australienne Qantas a annoncé jeudi la suppression de 6 000 emplois et le maintien au sol d’une centaine d’appareils, et ce afin d’économiser plus de 9 milliards d’euros et de traverser la crise du coronavirus.

Le directeur général Alan Joyce a expliqué que ce plan de restructurations sur trois ans ne visait ni plus ni moins qu’à sauver le fleuron de l’aviation australienne de «la pire crise jamais essuyée par le secteur». «Cette année était censée être une année de célébrations pour Qantas, celle du centenaire», a expliqué Alan Joyce dans un communiqué. «Clairement, les choses ne se passent pas comme prévu». La chute de la demande avait déjà forcé Qantas à suspendre jusqu’en octobre tous ses vols internationaux, en dehors de ceux vers la Nouvelle-Zélande.

Menace réelle

Le trafic intérieur est en train de repartir car la majorité des États australiens sont parvenus à contenir l’épidémie. Mais les frontières internationales devraient demeurer fermées à la majorité des passagers étrangers jusqu’à l’année prochaine. Et un regain de cas à Melbourne, deuxième ville du pays, est venu rappeler que la menace du coronavirus demeurait bien réelle. La compagnie emploie actuellement 29 000 personnes.

En plus des 15 milliards de dollars australiens d’économies, le «plan de reprise post-Covid» prévoit de lever 1,9 milliard de dollars en actions. Le groupe a annoncé que le contrat d’Alan Joyce, le directeur général le mieux payé du pays, serait prolongé jusqu’à l’achèvement du plan.

Les suppressions d’emplois concerneront Qantas et sa filiale «low cost» Jetstar. Au total, 15 000 salariés sont au chômage technique depuis mars. Le groupe espère que la moitié d’entre eux auront repris le travail d’ici à la fin de l’année.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion