Quand Google devient moteur d'inspiration
Publié

Quand Google devient moteur d'inspiration

En anglais, le terme «google» a déjà fait son entrée dans le dictionnaire. Teyana Taylor
l’a conjugué pour en faire une chanson.

Quand on vous disait que le Net était incontournable pour percer ou durer dans le milieu de la musique… Parce que le nombre d’occurrences dans un moteur de recherche est aujourd’hui quasiment aussi important qu’un passage éclair à la télé. Histoire d’alimenter le buzz.

Les producteurs l’ont bien compris et aux grands maux les grands remèdes: pour faire connaître sa dernière artiste Pharell Williams, le rappeur du groupe N.E.R.D lui fait carrément chanter «Google me». Teyana Taylor, une jeune chanteuse de 17 ans originaire de Harlem, dans son premier single, invite donc les auditeurs: «Si tu me cherches/Va et hisse mon nom/Parce que je suis une célébrité/Fonce et Googlise-moi».

Un échange de bons procédés puisque le moteur de recherche s’offre une pub gratuitement et la jeune chanteuse aux faux airs de Rihanna peut surfer sur le succès d’une marque sacrée pour la troisième fois consécutive la plus puissante du monde par le classement de Millward Brown, devant Coca-Cola et Apple.

Il y a deux ans, le verbe «to google» (googliser en français), c’est-à-dire «utiliser le moteur de recherche Google pour trouver une information en ligne», a d’ailleurs été officiellement intégré dans le Merriam-Webster’s Collegiate Dictionary, référence de la langue anglaise. Vous voulez connaître Teyana Taylor? Alors googlisez-la!

Marion Chevrier

Ton opinion