Cyclisme – Quand le Tour fait étape au Luxembourg
Publié

CyclismeQuand le Tour fait étape au Luxembourg

LUXEMBOURG – Avant la deuxième étape de l'édition 2015 ce dimanche, petit retour sur les cinq passages du Tour de France par le Grand-Duché. Et certains mémorables.

Le Tour de France et le Luxembourg, c'est toute une histoire. Le Grand-Duché a donné le premier vainqueur étranger du Tour, avec François Faber en 1909. D’autres coureurs luxembourgeois ont fait la légende de l’épreuve, notamment Charly Gaul, Nicolas Frantz, Johny Schleck et ses deux fils Fränk et Andy.

Mais l’épreuve créée en 1903 a attendu 1947 pour passer les frontières du Luxembourg. Pour la première édition d’après-guerre, la troisième étape ralliait Bruxelles à Luxembourg, à une époque où la direction de course n’hésitait à proposer des étapes de 314 kilomètres. L’italien Aldo Ronconi avait triomphé dans la capitale. Mais c’est l’étape du lendemain, au départ de Luxembourg-Ville, qui avait marqué les esprits. Partis sous la canicule, déjà, les coureurs s’étaient rafraîchis à plusieurs reprises dans des rivières le long de la route vers Strasbourg.

Triomphe du régional de l'étape

Le Tour a attendu 1989 pour revenir au Luxembourg. Cette fois, le pays a eu droit au grand départ de l’épreuve, le 1er juillet. Au programme: un prologue dans les rues de Luxembourg-Ville, une première étape à travers le pays, un contre-la-montre par équipes autour de la capitale et enfin un départ d’étape, en direction du circuit belge de Spa-Francorchamps.

Après le prologue inaugural remporté par le Néerlandais Éric Breukink, la fête populaire a gagné en intensité, avec le triomphe d’un enfant du pays. Acacio da Silva, de nationalité portugaise mais ayant passé toute son enfance au Luxembourg, s’est adjugé la première étape, prenant par la même occasion le maillot jaune de leader, sous les acclamations du public. Il devenait ainsi le premier Portugais à revêtir la fameuse tunique.

Le grand départ ayant été un succès populaire, le Luxembourg a remis le couvert en 2002, en pleine période Armstrong. Le Texan s’était sans surprise adjugé le prologue de 6,5 km dans les rues de la capitale, la première pierre d’un quatrième succès dans l’épreuve, qui lui sera retiré dix ans plus tard. Le lendemain, le Suisse Rubens Bertogliati, surprise du chef, avait faussé compagnie au peloton dans les derniers hectomètres, toujours à Luxembourg-Ville, pour s’adjuger la victoire d’étape et le maillot jaune.

Esch accueille le Tour et... le Giro

Entre-temps, le Tour avait fait une halte au Luxembourg en 1992, pour un contre-la-montre individuel. C’est lors de cette étape que Miguel «Robocop» Indurain a réalisé la plus grande performance de sa carrière. Sur 63 kilomètres, l’Espagnol avait atomisé la concurrence, repoussant Greg LeMond et Stephen Roche à plus de quatre minutes, et Laurent Fignon à près de six. Le suspense pour la victoire finale avait pris fin dès cette 9e étape.

Enfin, Esch-sur-Alzette a accueilli une arrivée d’étape en 2006. Une étape sans relief, dans tous les sens du terme, remportée par l’Australien Robbie McEwen lors d’un sprint massif. Le lendemain matin, le peloton était reparti de la métropole du fer. Pour l’anecdote, Esch a également accueilli une arrivée… du Giro! Il s’agissait de la quatrième étape de l'édition 2002, qui vit la victoire de l’Italien Mario Cipollini.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion