Coronavirus au Luxembourg – Quarantaine et isolement devront être bien respectés
Publié

Coronavirus au LuxembourgQuarantaine et isolement devront être bien respectés

LUXEMBOURG - Des amendes pouvant atteindre 500 euros attendent les personnes qui dérogent à l'isolement ou à la quarantaine, dans le contexte de la crise sanitaire.

Des officiers de la Santé vérifieront si les règles sont respectées.

Des officiers de la Santé vérifieront si les règles sont respectées.

Vous êtes positif au coronavirus, il faudra bien rester chez vous. Il y aura des contrôles, avec des sanctions à la clé. Le Premier ministre, Xavier Bettel, l'a annoncé dimanche soir. Les personnes qui ne respectent pas leur mise à l'isolement ou en quarantaine pourront écoper d'une amende pouvant aller de 25 à 500 euros.

L'isolement concerne les personnes positives au coronavirus et dure au moins quatorze jours pendant lesquels tout contact doit être évité. La quarantaine est pour les personnes qui ont eu un contact à «haut risque» avec une personne positive et dure au moins sept jours. Si le test effectué le cinquième jour est négatif, la quarantaine se finit au septième mais laisse place à une semaine d'autosurveillance, où il faut prendre sa température deux fois par jour et guetter tout symptôme.

Identifiés grâce au contact tracing

«Les officiers de la Santé pourront faire des contrôles pour le compte de l'Inspection sanitaire», précise le ministère de la Santé à L'essentiel. Ceux qui ne respectent pas la quarantaine ou l'isolement pourront aussi être identifiés grâce au contact tracing. «Après un contact avec une personne positive, une période d'isolement doit être observée pendant laquelle l'Inspection sanitaire appelle régulièrement ces personnes pour évaluer leur état de santé. Si elles ne répondent pas au téléphone chez elles, alors qu'elles ne sont pas censées sortir, elles devront se justifier».

Ces amendements à la loi Covid, adoptée la semaine dernière à la Chambre, ont été déposés et rentreront en vigueur après avoir été examinés par le Conseil d'État et votés par les députés.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Ton opinion