Au Luxembourg – Que cache le squelette découvert à Steinsel?

Publié

Au LuxembourgQue cache le squelette découvert à Steinsel?

STEINSEL – La semaine dernière, un squelette a été découvert sur un chantier à Steinsel. Beaucoup de questions demeurent mais il n'y aura pas d'enquête de police.

La semaine dernière, une macabre découverte était faite sur un chantier de construction à Steinsel. Si l'excavation d'un squelette n'a rien de rare pour les archéologues du Centre national de recherche archéologique (CNRA), elle a, cependant, fait grand bruit auprès des habitants de la commune, d'autant que l'emplacement se situe en plein centre, le long de la rue principale, à proximité immédiate de l'église.

D'après Lynn Stoffel, présente sur place lors des fouilles, le site du chantier fait partie d'une importante zone archéologique. La chargée d'études du service d'archéologie gallo-romaine du CNRA explique: «Sous l'église actuelle et tout autour se trouvait jadis une villa romaine, comme celles qu'on pouvait trouver à Diekirch et à Echternach». Le squelette a été mis au jour alors que des sondages – des coupes transversales dans le sol – étaient réalisés sur le chantier.

Pas d'enquête policière

À en croire l'archéologue de 36 ans, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. Mais, sur base d'anciennes cartes, le défunt aurait pu se trouver à l'extérieur de l'ancien cimetière de Steinsel. La découverte ne donnera néanmoins pas lieu à une enquête policière. «Le squelette ne date pas de l'époque romaine, mais plutôt de l'ère médiévale ou post-médiévale», précise Mme Stoffel.

Les ères médiévale et post-médiévale sont le domaine de spécialisation de Christiane Bis-Worsch. D'après la chargée d'études, le squelette soulève essentiellement deux questions: «D'après ce que l'on sait, le défunt se trouvait en dehors du cimetière, ce qui peut signifier deux choses: soit le cimetière médiéval était plus grand qu'on ne pense, soit c'était une sépulture spéciale». On entend par «sépultures spéciales», celles qui n'ont pas eu lieu selon les rites chrétiens. Peut-être avons-nous affaire à quelqu'un qui s'était rendu coupable d'un crime quelconque ou que l'église a refusé d'enterrer au cimetière.

Homme ou femme?

En outre, le fait que la dépouille ait été enterrée dans un axe nord-sud, alors qu'un axe ouest-est était plus usuel pour les chrétiens, frappe les archéologues. «Mais cela arrivait régulièrement, même lors d'enterrements ordinaires. Souvent, c'était par manque de place ou parce que la personne souhaitait être enterrée le plus près possible de l'autel, ce qui n'était peut-être possible que de cette façon», explique Mme Bis-Worsch. Si d'autres squelettes venaient à être découverts, cela viendrait confirmer la théorie selon laquelle le cimetière était jadis plus grand.

Un anthropologue doit désormais apporter les premières réponses aux questions relatives à l'âge, à la taille, au poids, aux éventuelles pathologies, au sexe, ainsi qu'à l'âge et à la cause du décès du défunt. Il faudra, néanmoins, faire preuve de patience, car on ne devrait pas obtenir les réponses avant l'année prochaine, souligne Mme Bis-Worsch.

(Stefanie Braun/L'essentiel)

Ton opinion