«Que le rayonnement du Luxembourg nous arrive»

Publié

«Que le rayonnement du Luxembourg nous arrive»

ESCH-SUR-ALZETTE - Le premier conseil communal transfrontalier se tiendra le 5 juin.

La liaison Micheville, Belval... Autant de sujets pour le conseil communal transfrontalier.

La liaison Micheville, Belval... Autant de sujets pour le conseil communal transfrontalier.

Cela sera «un moment historique», affirme Lydia Mutsch, bourgmestre d'Esch.

C'est la naissance d'une «agglomération transfrontalière», se réjouit André Parthenay, président de la Communauté de Communes du Pays haut Val d'Alzette (CCPHVA).

La coopération transfrontalière entre le Sud du Luxembourg et le nord de la Moselle se structure et se dote d'un conseil communal, qui se réunira 2 fois l'an.

A terme, le projet donnera naissance à un Groupement européen de coopération territoriale (GECT).

Et ce premier conseil, dont l'ordre du jour a été présenté hier, entrera directement dans le vif du sujet. Les maires concernés évoqueront l'aménagement de Belval, la future décentralisation de l'Université de Luxembourg et la mobilité.

«Le développement de Belval ne se fera pas que côté luxembourgeois, les Français font aussi des projections», affirme Lydia Mutsch. «Nous voulons que le rayonnement du Luxembourg arrive sur notre territoire», confirme André Parthenay, qui évoque les 800 ha de terrain à aménager côté français.
«Nous voulons faire venir des bailleurs sociaux, pour garder notre population» mais sans faire des villes françaises des cités dortoires. «Des entreprises sont invitées et les services se développeront avec l'arrivée de population».

L'installation d'une partie de l'université à Belval créera ainsi une dynamique et «va engendrer une restructuration de toute une région», selon Lydia Mutsch. Des coopérations à prévoir sur le plan du logement étudiant, de la culture, de la cohésion sociale...

Quant au problème des transports, «le Sud du Luxembourg est très demandeur d'un tram», annonce Lydia Mutsch. Ses collègues français évoquent la possibilité d'un tram-train et de parkings périphériques pour désengorger les coeurs de villes. La liaison Micheville pourrait constituer, selon André Parthenay, «un véritable boulevard urbain» autour duquel «l'aménagement urbain se fera en complémentarité des deux côtés d'une frontière qui n'existera plus».

jw

12 communes pour un projet

Les communes d'Audun-le-Tiche, Aumetz, Boulange, Ottange, Redange, Russange, Thil, Villerupt côté français et Esch, Sanem, Schifflange et Mondercange pour le Grand-Duché, prendront part au conseil communal transfrontalier.

Cela représente, pour le moment, un bassin de population d'un peu plus de 88 000 habitants.

Ton opinion