Covid-19 au Luxembourg – Quel contrôle des règles sanitaires au travail?

Publié

Covid-19 au LuxembourgQuel contrôle des règles sanitaires au travail?

LUXEMBOURG - Face aux mesures sanitaires liées au Covid, le ministre du Travail a fait le point sur les contrôles de la police et de l'ITM au sein des entreprises.

L'Inspection du travail et des mines (ITM) participe activement aux contrôles des règles sanitaires au sein des entreprises.

L'Inspection du travail et des mines (ITM) participe activement aux contrôles des règles sanitaires au sein des entreprises.

Editpress/Didier Sylvestre

Dans le contexte actuel de pandémie liée au Covid-19, comment se passent les contrôles sanitaires dans un milieu professionnel? La problématique a été soulevée dans une question parlementaire de... deux pages, par le député déi Lénk, Marc Baum, début décembre 2020, et plusieurs réponses sont tombées, ce vendredi 8 janvier 2021.

«Si une disposition sanitaire n'est pas respectée, les verbalisations sont enregistrées sous un même code», nous apprend tout d'abord Dan Kersch, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire. «L'auteur de l'infraction ne peut donc être identifié» lors d'une recherche spécifique de la police grand-ducale. Celle-ci, selon le ministre, ne peut donc pas répondre à une question sur le nombre précis d'infractions commises.

Et sur les chantiers pendant le confinement?

Mais qu'en est-il des contrôles spécifiques effectués par l'Inspection du travail et des mines (ITM)? «2 102 contrôles spécifiques en matière de sécurité et santé au travail dans le cadre de la lutte contre la pandémie Covid-19 ont été effectués dans tous les secteurs économiques du 18 mars au 31 décembre 2020», précise Dan Kersch, dans sa réponse.

Au total, sur cette période de plus de neuf mois, 356 infractions ont été constatées par l'ITM. 34% de ces infractions concernaient l'absence d'informations aux salariés par rapport aux mesures de prévention au sein de l'entreprise. L'absence de points d'eau, de savon, de serviettes jetables ou encore de gel hydro-alcoolique représentaient 19% de ces 356 infractions. De manière plus spécifique encore, lors de la fermeture des chantiers de construction, l'ITM a également pu constater que 18 entreprises n'avaient pas respecté les mesures de confinement du 20 mars au 19 avril 2020.

(fl/L'essentiel)

Ton opinion