France/Grand Est – Quel sort pour les hauts-fourneaux fermés?

Publié

France/Grand EstQuel sort pour les hauts-fourneaux fermés?

FLORANGE - Démantèlement, reconversion, redémarrage? ArcelorMittal va prendre son temps avant de décider du sort du site de Florange, mis sous cocon depuis 2013.

ArcelorMittal a indiqué, mardi, qu'il entendait prendre son temps avant de décider du sort des deux hauts-fourneaux de son site de Florange (Moselle).

ArcelorMittal a indiqué, mardi, qu'il entendait prendre son temps avant de décider du sort des deux hauts-fourneaux de son site de Florange (Moselle).

AFP

Démantèlement, reconversion ou redémarrage? La direction du sidérurgiste ArcelorMittal a indiqué, mardi, qu'elle entendait prendre son temps avant de décider du sort des deux hauts-fourneaux de son site de Florange (Moselle), mis sous cocon depuis 2013. «Il n'y aura pas de décision aujourd'hui ni dans les semaines qui viennent» sur ce dossier, a prévenu Philippe Darmayan, président d'ArcelorMittal France, en marge d'une présentation de l'activité mondiale du groupe devant la presse, à Paris.

«Il va y avoir un vrai débat» avec les partenaires sociaux et les élus locaux sur l'avenir des deux hauts-fourneaux, a-t-il assuré, comme prévu par l'accord conclu fin 2012 entre le groupe et l'État, arrivé à échéance le 1er décembre dernier. Selon une source proche du dossier récemment interrogée par l'AFP, le groupe pourrait se donner jusqu'à six mois supplémentaires avant d'arrêter sa décision.

Florange, usine de référence

Quatre hypothèses sont à l'étude: le rallumage d'un haut-fourneau ou des deux, la construction d'une aciérie électrique ou un démantèlement total de ces imposantes installations, plus précisément situées sur la commune voisine de Hayange. M. Darmayan a estimé mardi, que les hauts-fourneaux lorrains étaient «trop petits» et qu'ils incarnaient «la technologie du passé», alors que le groupe développe de nouvelles méthodes de production d'acier à bas carbone qui mettront encore des années à voir le jour.

Par ailleurs, depuis 2013, ArcelorMittal a repositionné son site de Florange sur une filière amont uniquement, celle d'aciers haut de gamme pour l'automobile et les emballages notamment. «Aujourd'hui, Florange est devenu une usine de référence», a vanté mardi Aditya Mittal, le président du groupe et directeur général de ses activités en Europe. ArcelorMittal y a investi 270 millions d'euros depuis la fermeture des hauts-fourneaux, soit au-delà de son engagement initial de 180 millions d'euros sur cinq ans.

Une nouvelle centrale de production de vapeur y a été récemment inaugurée, afin d'améliorer la performance énergétique de ce site comptant toujours 2 300 salariés. Une nouvelle ligne de galvanisation devrait également être lancée, fin 2019.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion