Santé au Luxembourg – Quels risques à présenter un «faux» CovidCheck?
Publié

Santé au LuxembourgQuels risques à présenter un «faux» CovidCheck?

LUXEMBOURG - Des personnes utilisent le QR code d'un proche pour entrer dans un bar, un restaurant ou assister à un événement. D'autres falsifient même le certificat.

Le CovidCheck est désormais obligatoire pour entrer en salle dans les bars et restaurants.

Le CovidCheck est désormais obligatoire pour entrer en salle dans les bars et restaurants.

Vincent Lescaut

«Je ne me vois pas payer un test à chaque fois que je veux socialiser, donc oui cela m'amène à trouver des alternatives», confie Joao*, à L'essentiel. Effet pervers de la généralisation du CovidCheck aux bars et restaurants, de plus en plus de personnes non vaccinées contournent la règle en utilisant un pass qui ne leur appartient pas. La plupart du temps en se procurant celui d'un proche. Difficile toutefois d'en mesurer l'ampleur. «J'ai emprunté le QR Code de mon cousin, qui est vacciné, c'est passé sans embrouille», glisse notre source.

Et pour cause, «il est impossible pour les restaurateurs de connaître tous les clients. Et nous n'avons, de toute façon, pas le droit de contrôler les identités», indique le secrétaire général de l'Horesca, François Koepp. Dans ce contexte, que risquent réellement les personnes qui ont recours à cette méthode? Pas grand-chose en réalité. Interrogé sur le sujet, le parquet explique qu'un restaurateur «a le droit de refuser l'accès à quelqu'un s'il a des doutes sur l'authenticité du pass présenté» ou même d'appeler la police.

«Il faut donc supposer que la personne concernée ne quitte pas les lieux avant l’arrivée des agents de police. Cependant on se retrouve là dans l’hypothèse d’un scénario plutôt improbable», reconnaît la justice luxembourgeoise. Qui plus est, la police a indiqué à L'essentiel «ne pas faire de contrôles d’identité systématiques» pour se concentrer en priorité sur la vérification de la bonne mise en place du régime CovidCheck, dans les établissements. Des opérations seront notamment menées les week-ends. «Plutôt à caractère préventif que répressif», a précisé la police.

Amende et prison pour le vol d'identité

En théorie toutefois, les titulaires d'un pass non valable risquent gros s'ils sont démasqués: une contravention de 300 euros, et plus encore s'il est établi qu'une usurpation d'identité a été commise. L'«emprunt» du nom d'autrui est ainsi puni de huit jours à trois mois de prison et de 251 à 3 000 euros d'amende.

Les fraudes au CovidCheck peuvent aussi relever de certificats sanitaires falsifiés. Des QR code de pass sanitaires valides au nom d'Adolf Hiltler ou de Mickey Mouse circulent en Europe. Le premier a été envoyé à L'essentiel. Vérification faite, il fonctionne avec l'application CovidCheck.lu. Comment cela est possible? «Ce n'est pas un hacker, décrypte Patrick Houtsch, directeur du Centre des technologies de l'information et de l'État (CTIE). C'est quelqu'un en France qui a eu accès à l'application chargée de fabriquer les certificats, au sein de l'organisme officiel. Il a pu fabriquer un QR code neuf, au nom de son choix».

«Obtenez votre pass sanitaire sans vous faire vacciner»

Certaines personnes en profitent pour lancer un business à destination des non-vaccinés. Sur Instagram, en tapant le hashtag Luxembourg, on constate que la «livraison et l'expédition» d'un pass sanitaire «disponible au Luxembourg et en Europe» est proposée. «Obtenez votre pass sanitaire sans vous faire vacciner», est-il écrit en guise de message publicitaire.

Contacté, le ministère de la Santé indique avoir informé le parquet de l'existence de ce QR code frauduleux au nom d'Adolf Hitler. Les autorités judiciaires ajoutent qu'une personne qui a falsifié un certificat risque jusqu'à trois ans et/ou une amende pouvant atteindre 12 500 euros. En ce qui concerne les utilisateurs de certificats sanitaires frauduleux, ils sont susceptibles d'être punis d’un emprisonnement de quatre mois à cinq ans et d’une amende de 251 euros à 30 000 euros.

*Le prénom a été modifié

(Olivier Loyens et Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion