Est de l’Ukraine – Qui a bombardé l'école? Kiev et les rebelles s'accusent
Publié

Est de l’UkraineQui a bombardé l'école? Kiev et les rebelles s'accusent

Un trou dans le mur, des briques par terre: un obus a frappé une école d'Ukraine. Kiev accuse les rebelles pro-russes, qui lui reprochent de pousser le conflit vers l’escalade.

Un obus a heurté le mur d’une école à Stantisa Louganska, dans l’est de l’Ukraine.

Un obus a heurté le mur d’une école à Stantisa Louganska, dans l’est de l’Ukraine.

AFP

L’armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes se sont mutuellement accusés, jeudi, de bombardements et d’escalade dans l’est de l’Ukraine, en proie à un conflit depuis 2014, en pleine crise entre Moscou et les Occidentaux. Sur Facebook, l’armée ukrainienne a accusé les combattants séparatistes d’avoir visé «avec un cynisme particulier» la localité de Stanitsa Louganska, touchant notamment une école.

«Selon les données préliminaires, deux personnes ont été blessées», précise le texte, ajoutant que l’attaque a endommagé des infrastructures et que «la moitié de la localité a été laissée sans électricité». Les photos publiées par l’armée montrent un trou d’obus dans le mur de l’école et des briques jonchant une pièce au milieu de jouets d’enfants.

«Nous appelons tous nos partenaires à condamner rapidement cette grave violation des accords de Minsk par la Russie, dans un contexte sécuritaire déjà tendu», a dénoncé, sur Twitter, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.

Kiev «pousse le conflit vers une escalade»

De leur côté, les autorités de la région séparatiste de Lougansk, citées par l’agence de presse russe Interfax, ont annoncé que «la situation sur la ligne du front s’est dégradée au cours des dernières 24 heures». Le chef de la milice de cette région, Ian Lechtchenko, a accusé l’armée ukrainienne «d’essayer de pousser le conflit vers une escalade».

Depuis 2014, l’armée ukrainienne affronte des séparatistes prorusses soutenus par Moscou dans les régions de Donetsk et de Lougansk, un conflit qui a fait plus de 14 000 morts et plus de 1,5 million de déplacés. Ces accusations mutuelles interviennent alors que la Russie est accusée d’avoir massé plus de 100 000 soldats aux frontières de l’Ukraine, en vue d’une attaque. Les États-Unis ont estimé, mercredi, que Moscou cherche à créer des «prétextes» pour pouvoir attaquer l’Ukraine. De son côté, Moscou dément toute volonté d’invasion.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion