Tout près du Luxembourg: Qui peut être la femme retrouvée morte à Mont-Saint-Martin?

Publié

Tout près du LuxembourgQui peut être la femme retrouvée morte à Mont-Saint-Martin?

MONT-SAINT-MARTIN - Si la justice n’avait pas encore identifié, mardi, le corps découvert lundi à Mont-Saint-Martin, quelques indices pourraient aider les enquêteurs.

par
Yannis Bouaraba
1 / 15
Le corps a été découvert derrière un bâtiment désaffecté.

Le corps a été découvert derrière un bâtiment désaffecté.

Vincent Lescaut

Vincent Lescaut

Vincent Lescaut

Moins de 48 heures après la découverte d’un corps de femme nu, décapité et démembré, de nombreuses incertitudes planent, alors que l’enquête a été confiée à la police judiciaire de Nancy. «Nous sommes en présence d’une femme non identifiée pour le moment, relativement jeune, sans pouvoir être plus précis en l’état» a confirmé à L’essentiel le procureur de la République de Nancy, François Pérain.

L’autopsie sera pratiquée vendredi à l’institut médico-légal de Nancy et sera suivie d’un point presse dans l’après-midi. Les éléments qui pourraient aider les enquêteurs sont la présence d’un tatouage au niveau du pubis et de deux piercings au nombril. De plus, le corps présentait des cicatrices sous la poitrine, laissant imaginer une pose d’implants mammaires. L’absence de traces de sang sur le sol laisse également penser que la dépouille a été transportée et déposée à l’endroit où elle a été découverte.

Plusieurs vidéos diffusées

À Mont-Saint-Martin et dans le bassin de Longwy, ce fait divers rarissime et d’une violence extrême a profondément choqué les habitants. Mardi matin, de nombreuses rumeurs sont venues alimenter les spéculations. Celle évoquant la découverte des restes du corps dans une autre localité a été qualifiée de «rumeur» par le procureur de la République de Nancy, questionné sur le sujet par L'essentiel.

Quelques minutes après la découverte du corps, plusieurs vidéos de la dépouille ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux. Le parquet a indiqué l’ouverture d’une procédure pénale à cet effet. Selon le code pénal français, toute atteinte à l'intégrité du cadavre, par quelque moyen que ce soit, est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

Ton opinion