Justice: Qui peut se promener avec une arme au Luxembourg?
Publié

JusticeQui peut se promener avec une arme au Luxembourg?

LUXEMBOURG – Hors policiers et douaniers, les autorisations de port d'armes pour un citoyen sont extrêmement rares au Luxembourg. Le point avec le service concerné au ministère de la Justice.

par
Thomas Holzer
La majorité des personnes qui ont un permis de détention d'armes sont des hommes au Luxembourg.

La majorité des personnes qui ont un permis de détention d'armes sont des hommes au Luxembourg.

De l'aveu même du ministère de la Justice, les tueries de masse aux États-Unis sont prises en compte lorsqu'il s'agit d'évaluer le bon timing pour faire évoluer la législation sur la détention d'armes au Luxembourg. «Mais elles sont tellement nombreuses que cela devient compliqué», déplore le chef du service en question. Depuis le 1er mai dernier, une nouvelle loi est entrée en vigueur, avec notamment l'interdiction des armes semi-automatiques à «grands chargeurs», très prisées des terroristes...

L'application d'une directive européenne faisant suite aux attentats de Paris du 13 novembre 2015, mais aussi une nécessaire modernisation d'une loi qui commençait à dater (1983): le nouveau cadre légal n'affecte pas la majorité des 15 000 personnes qui ont un permis d'armes au Luxembourg, la plupart étant des chasseurs, des collectionneurs et des tireurs sportifs.

Environ 85 000 armes légales sont en circulation au Luxembourg, dont une majorité d'armes à feu. Un chiffre auquel il faut ajouter les armes de service qui ne relèvent pas du service «Armes et gardiennage» du ministère de Justice. «Par rapport aux autres pays européens, nous sommes dans la moyenne», indique-t-il. Certaines personnes disposent de véritables arsenaux en lien avec leur passion ou leur loisir, mais la volonté de «se protéger» en s'armant n'est généralement pas une bonne raison à invoquer…

Seuls 4 ou 5 permis de port d'armes sont en circulation. Des cas exceptionnels: «Il s'agit de personnes menacées ou exposées à un danger réel. Elles peuvent avoir leurs armes sur elles, partout, tout le temps». Pour les autres, le transport (non visibles, non chargées et en partie démontées pour les rendre inutilisables) et le stockage sont très réglementés, et les conditions d'obtention du permis bien définies.

Limiter au maximum le risque d'accident

Le casier judiciaire est examiné, et une attestation médicale qui certifie que la personne n'a pas de problème de santé mentale est désormais exigée. Sauf exception, il faut avoir 18 ans pour obtenir un permis. Un seul objectif: limiter au maximum le risque d'accident. Ces derniers sont rares «mais il y en a déjà eu», reconnaît le ministère.

«Le dernier en date, c'est un chasseur qui s'est tué en passant un barbelé. Il y a plusieurs années, le fils d'un couple avait également été blessé lors d'une dispute entre ses parents, sans oublier l'affaire de Fentange». En septembre 2016, une riveraine avait été touchée au visage suite au tir d'un chasseur.

«À chaque fait divers, nous vérifions s'il s'agit d'un ''client''», confie le ministère. Pour les contrevenants qui ne respecteraient pas les règles, le permis peut être révoqué. Car la frontière entre armes légales et armes illégales peut s'avérer poreuse. Si une arme légale est volée, elle devient mécaniquement une arme illégale de plus dans la nature. Rappelons à ce propos que les braquages et autres attaques à main armée sont systématiquement commis à l'aide d'armes illégales…

Ton opinion

5 commentaires