Vaccin – Qui veut se faire payer pour avoir le coronavirus?
Publié

VaccinQui veut se faire payer pour avoir le coronavirus?

La course au vaccin contre le coronavirus a commencé avec les premiers cobayes recherchés en Europe. À quand la mise sur le marché?

Les laboratoires pharmaceutiques travaillent sur un vaccin.

Les laboratoires pharmaceutiques travaillent sur un vaccin.

Alors que les autorités des différents pays multiplient les mesures pour limiter la propagation de l'épidémie, la course contre la montre pour trouver un vaccin a débuté dans les laboratoires pharmaceutiques du monde entier. Voici plusieurs semaines que les professionnels de la recherche planchent sur un remède, qui nécessitera par définition le recours à des cobayes.

L'un d'entre eux basé à Londres a déjà lancé les sollicitations. Ainsi, le laboratoire qui appartient à la société Hvivo recherche 24 volontaires pour se faire injecter les souches 0C43 et 229E du coronavirus, soit les moins agressives de la maladie. Moins agressives peut-être, mais qui entraînent tout de même des problèmes respiratoires. Le tout pour environ 4 000 euros.

Un vaccin pour l'année prochaine?

Outre le fameux virus, les personnes concernées se verront placer en quarantaine et bénéficieront d'un suivi strict quant à leur régime alimentaire. Elles recevront ensuite plusieurs traitements. Tout un processus qui devrait aboutir à la création d'un vaccin, et peut-être à une avancée considérable dans l'une des crises sanitaires les plus considérables de ces cinquantaine dernières années.

En attendant de trouver les fameux volontaires, le laboratoire impliqué attend toujours de recevoir l'autorisation de l'autorité de régulation britannique concernant les tests pharmaceutiques.


D'après les différentes prédictions, un vaccin pourrait être disponible d'ici à la fin de l'année. Mais la nécessité de le produire en masse aboutirait à une mise sur le marché pour le printemps ou l'été 2021. «Le vaccin est quelque chose sur le long terme, cela pourrait prendre jusqu'à 12 ou 18 mois», avait déclaré en février le directeur Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS.

La Chine a toutefois affirmé que des premiers essais cliniques pourrait être effectués sur l'homme d'ici à la fin du mois d'avril.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion