A Gaza – Quinze morts dans le bombardement d'une école

Publié

À GazaQuinze morts dans le bombardement d'une école

Les services d'urgence locaux ont annoncé jeudi qu'un tir israélien qui visait une école de l'ONU avait fait quinze morts au Nord de la bande de Gaza.

Le porte-parole des services de secours palestiniens, Achraf al-Qodra, a fait état d'un bilan de 15 morts et de plus de 200 blessés dans le pilonnage d'une école où des Palestiniens avaient trouvé refuge. Les blessés ont été conduits à l'hôpital Chifa de Gaza. Le porte-parole de l'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), Chris Gunness a confirmé sur son compte Twitter qu'il y avait eu «un certain nombre de tués et de blessés» dans ce bâtiment. Selon un porte-parole de l'armée israélienne, des combats sont en cours dans la zone de Beit Hanoun avec le Hamas accusé «de se servir des infrastructures civiles et de symboles internationaux comme boucliers humains».

L'armée a aussi évoqué «la possibilité» d'un carnage causé par une roquette tirée par le Hamas: «Durant l'après-midi, plusieurs roquettes lancées par le Hamas depuis la bande de Gaza sont tombés dans le secteur de Beit Hanoun», ajouté cette source. «Les coordonnées précises de cet abri à Beit Hanoun avaient été formellement fournies à l'armée israélienne», a souligné M. Gunness. «Nous avons passé une grande partie de la journée à essayer de négocier et d'organiser une trêve pour permettre aux civils, notamment à notre personnel, de partir», a-t-il regretté auprès de l'AFP. «Cela n'a pas été accordé. Les conséquences sont tragiques». «Nous voulions évacuer car il y avait des combats autour de l'école», a-t-il expliqué. Selon un correspondant de l'AFP, des traces de sang étaient visibles dans une cour de l'école, où l'obus est tombé.

Des couvertures et des vêtements dispersés dans la cour témoignaient que l'endroit était utilisé par des personnes ayant fui leur maison et les violences. Deux heures après le drame, il ne restait que quelques chèvres dans l'école désertée. Quelque 110 000 Gazaouis, sur une population totale d'1,8 million d'habitants, ont quitté leur foyer et ont été pris en charge par l'ONU depuis le début de l'offensive israélienne. Mardi, une autre école de l'ONU accueillant des réfugiés avait été touchée par des tirs de chars israéliens qui n'avaient pas fait de victime dans le camp de réfugiés d'al-Maghazi.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion