M Pokora – «Quoi que je vive, je finis toujours tout seul»
Publié

M Pokora«Quoi que je vive, je finis toujours tout seul»

Le chanteur français a du mal à se projeter dans une relation sentimentale à long terme. Il se dit plutôt défaitiste en amour.

L'artiste de 30 ans aime trop sa liberté pour se retrouver prisonnier dans une relation.

L'artiste de 30 ans aime trop sa liberté pour se retrouver prisonnier dans une relation.

Valerie Macon

Pour M Pokora, l'amour ne rime vraiment pas avec toujours. Plutôt discret sur sa vie privée, le chanteur ne s'est encore jamais exhibé avec une compagne à son bras sur les tapis rouges. Il faut dire que pour lui, vivre une relation sentimentale, c'est compliqué.

«Quoi que je vive, je finis toujours tout seul. C'est parce que la routine me fait sans doute peur que j'ai du mal à m'installer dans une relation durable. Et au bout d'un moment, ça pète parce que j'angoisse», confie-t-il dans le magazine Podium. Je fais partie de ces mecs défaitistes qui pensent qu'on ne peut pas rester toute sa vie avec la même personne».

Son histoire la plus longue a duré deux ans

Malgré ses 30 ans, le juré de «The Voice Kids» ne ressent pas le besoin de se caser avec une femme, ni de fonder une famille. «Je pense que moi, je ne peux rester avec personne sur le long terme. J'ai rencontré des filles qui ont fait des efforts. Mais je voyais que ça allait me bouffer et je n'ai pas envie de forcer le truc, ce n'est pas ça ma vie. Ça doit couler de source», explique-t-il. «Autour de moi, on me dit: "Ça viendra tout seul". Je crois qu'ils se trompent ou, simplement, je ne suis pas prêt à faire ce qu'il faut pour tenir en couple».

Son histoire la plus longue? Elle a duré deux ans. «Mais pour tenir, c'était une bataille», précise-t-il. «À partir du moment où je passe les trois mois, ça peut durer deux ans. Mais en général, c'est dur».

M Pokora avoue qu'il a trop besoin de sa liberté pour son bien-être. «Pour rester avec quelqu'un, il faut arriver à ne pas s'enfermer. Je n'ai pas encore connu cet épanouissement. Et puis je donne tellement à mon métier, au public, que j'ai l'impression de ne pas pouvoir donner plus», conclut-il. Mesdemoiselles, vous voilà prévenues!

(L'essentiel)

Ton opinion