Alerte à la bombe – Recalé de «Secret Story», il menace «TF1»
Publié

Alerte à la bombeRecalé de «Secret Story», il menace «TF1»

Vexé de ne pas avoir été sélectionné pour participer à «Secret Story 5», un Lyonnais de 24 ans a organisé une fausse alerte à la bombe dans les bureaux de «TF1».

Le recalé de «Secret Story» a menacé le siège de «TF1» à Boulogne-Billancourt. (AFP)

Le recalé de «Secret Story» a menacé le siège de «TF1» à Boulogne-Billancourt. (AFP)

«J'ai fait les castings de "Secret Story" et je suis allé jusqu'au bout! J'étais convaincu d'être pris car je correspondais parfaitement au profil, mais j'ai découvert que je ne faisais pas partie des sélectionnés», a expliqué Icham sur le site de Jeanmarcmorandini.com.

Ce jeune coiffeur de 24 ans a été, selon ses dires, contacté par Endemol pour participer à l’émission diffusée sur TF1. «On m’a demandé de réfléchir à un secret qui était: "J’ai frôlé la mort par deux fois", a-t-il précisé ce mercredi matin sur Europe 1. On m’a dit: "Ok c’est génial"! Il y a plusieurs étapes de casting. J’ai passé toutes ces étapes et j’ai signé un précontrat. On m’a alors demandé de retourner à Lyon. Et depuis ce jour-là plus rien. Endemol refusait de m’avoir au téléphone».

Sans travail ni maison

Convaincu qu’il allait «devenir une star grâce à la télé et "Secret Story"», le Lyonnais a quitté son travail sur la base du précontrat et des échos positifs des responsables des castings. «À 24 ans on ne sait pas forcément ce qu’on signe, avoue-t-il. Je me suis retrouvé sans travail, sans maison et sans rien à manger. Heureusement que j’ai eu des amis et des gens qui m’ont aidé».

En juillet, Hicham s’est rendu à Paris et a entamé une grève de la faim devant les locaux d’Endemol. «Je réclamais une discussion avec quelqu’un de la production, explique-t-il. Que ce soit Angela Lorente ou des gens d’Endemol pour comprendre. On m’a reçu, mais dans la rue. Je me suis dit que j’allais laisser tomber».

Un policier imite la Voix pour le faire avouer

Mais au fil des semaines, sa rancœur envers les producteurs de «Secret Story» refait surface. Il décide alors, lundi 24 octobre, de faire une fausse alerte à la bombe au siège de TF1, à Boulogne-Billancourt. Il passe un coup de téléphone, avertissant qu'une bombe allait exploser mardi... depuis son domicile. La police n’a donc pas tardé à trouver l’origine de l’appel et l’a cueilli chez lui, à Lyon, le lendemain matin. «J’ai été interpellé par la police et mis en garde à vue, a-t-il précisé sur Europe 1. Les policiers étaient morts de rire. Un agent a imité la Voix et m’a dit: "Pour 500 euros tu me dis la vérité". C’était très bon enfant».

Jugé en décembre

Lors de sa garde à vue, Icham a reconnu les faits. Prévenu du chef de «communication d'une fausse information dans le but de faire croire à une destruction», il sera donc jugé selon la procédure simplifiée du plaider coupable, en décembre, précise l'AFP.

Icham reconnaît que son alerte à la bombe est illégale mais estime que «se faire manipuler par Endemol l’est aussi».

Interrogée juste après lui sur la radio française, une psychologue a analysé la situation: «Heureusement qu’il n’a pas été sélectionné. Parce que s’il ne supporte pas la manipulation il aurait mal vécu sa participation à l’émission. Les productions font tout pour mettre le candidat en condition et en disponibilité».

L'essentiel Online avec fab

Ton opinion