Vendange 2014 – Récolte plus précoce pour le raisin cette année
Publié

Vendange 2014Récolte plus précoce pour le raisin cette année

GREVENMACHER – Les vendanges ont commencé partout dans le pays, jeudi matin. La météo a obligé à prendre de l'avance sur la précédente édition.

C'est parti, les petites mains sont en action sur les 1 300 hectares que compte le vignoble luxembourgeois. Chez Bernard-Massard, à Grevenmacher, le coup d'envoi a été donné avec quasiment trois semaines d'avance sur l'agenda 2013. Question de météo. «Les vendanges idéales, rapporte Antoine Clasen, le directeur, c'est une température pas trop élevée, pas de pluie et de l'ensoleillement. Comme en 2011. Nous avions travaillé pendant sept semaines. L'an dernier, nous avions démarré le 6 octobre, et cela avait duré trois semaines. Pendant tout ce temps, il avait fallu courir après le raisin. Cette année, on devrait en avoir pour cinq semaines».

Mais il ne s'agit là que de prévisions, car seul le ciel décide. Et lui seul peut tout bouleverser. À l'image de cette matinée inaugurale arrosée d'une petite pluie orageuse qui a contraint la trentaine d'ouvriers de Bernard-Massard (contre 9 en temps normal) à parer au plus pressé. «Le risque, c'est que le raisin se gorge d'eau, indique Antoine Clasen. On se demande sans cesse quel raisin il faut décrocher et quel autre on peut laisser pendre encore».

Mouches et guêpes sous surveillance

Bernard-Massard dispose de 32 hectares en propriété répartis autour de Grevenmacher et de Schengen. Au total, la maison vinifie une soixantaine d'hectares. Chaque parcelle fait l'objet d'un traitement exclusif, «de façon à contrôler de la manière la plus précise possible la qualité du raisin. Ensuite, seulement, on procède aux assemblages». Chez Bernard-Massard, les vendanges 2014 déboucheront sur la production d'un demi-million de bouteilles de «vins tranquilles», auxquelles s'ajouteront 3 millions de bouteilles de vins effervescents. En dépit d'un mois d'août exécrable, la récolte s'annonce plutôt bonne. «Il n'y a pas eu d'incidents majeurs, nous avons connu une belle floraison. Les pluies d'août ne nous ont pas pénalisés, car le temps a été sec en septembre. Or, c'est là que se fait la maturité du raisin et que grimpe le taux de sucre».

Plus inquiétant ont été l'apparition, depuis quelques semaines, d'une espèce de mouche particulièrement vorace sur tout le territoire de la Moselle luxembourgeoise et les assauts répétés des guêpes. Pour préserver les grappes du saccage, des bâches grillagées ont été disposées tout le long des vignes. C'est que l'enjeu est d'importance. «Les caves du Luxembourg sont vides actuellement, on sort de deux années de petites récoltes , rappelle Antoine Clasen. Pendant toute la durée des vendanges, les ouvriers en charge de la taille du raisin seront à l’œuvre chaque jour, de 8h à 17h, du lundi au vendredi. Il sera possible de goûter le fruit de leur travail dès le 1er octobre. Ce jour-là seront disponibles les premiers flacons de vin nouveau, le redoutable Fiederwäissen.

Pierre Théobald/L'essentiel

Ton opinion