Festival Vache de blues – Reggae, funk et jazz, le Vache de blues s'ouvre à d'autres styles

Publié

Festival Vache de bluesReggae, funk et jazz, le Vache de blues s'ouvre à d'autres styles

AUDUN-LE-TICHE - Le festival Vache de blues a encore réalisé un exploit cette année avec un
programme exceptionnel.

Bill et Pipo, les deux disparus de la bande Vache de blues peuvent être fiers de leurs amis. Depuis dix ans, le festival Vache de blues ne cesse de gagner en qualité d'année en année. Pour ce dixième anniversaire, les organisateurs ont en plus profité de l'œil bienveillant des cieux avec une météo vraiment estivale, presque étouffante.

Samedi soir, sous le chapiteau de la scène principale, c'était d'ailleurs l'effervescence avec les Rythm Junks, un groupe de sept musiciens belges tout simplement inclassables.
Tantôt blues, tantôt reggae, tantôt funk, ils ont mis le feu à un public déjà chauffé à blanc. Le moment le plus fort de leur performance restera incontestablement celui où le leader bondissant, chanteur et harmoniciste, s'est offert un bain de foule en entonnant un solo d'harmonica de tous les diables.

Autant dire que la tête d'affiche annoncée, Joe Louis Walker et sa bande, a eu bien du mal à remobiliser les foules avec son blues traditionnel à deux guitares. Tout auréolé de leur récent Blues Award du meilleur album, Joe Louis Walker et consorts ont toutefois montré une vraie complicité sur scène. Compères, mais aussi complémentaires, les deux guitaristes ont offert un vrai récital, bien aidés en cela par un clavier complètement déjanté dont les envolées musicales ont ravi les amateurs.

Patrick Théry

Ton opinion