Projet fou en Belgique – Relier Zaventem à Charleroi en 9 minutes

Publié

Projet fou en BelgiqueRelier Zaventem à Charleroi en 9 minutes

Deux Belges et deux Suisses proposent de construire un super métro qui permettrait de relier les deux aéroports en un temps record.

Pourquoi ne pas fermer une partie de Zaventem et construire un nouvel aéroport à Charleroi, le tout relié par un métro circulant sous terre à 400 km/h? L’idée peut paraître farfelue mais deux Belges et deux Suisses en sont convaincus: le «métro-avion» est l’avenir des trajets de moins de 1 000 km. Dans ce cas précis, il permettrait aussi de régler le problème de survol de Bruxelles et des nuisances qui en découlent.

Pourquoi donc ne pas fermer en partie Brussels Airport: «On supprime les avions à Zaventem et on libère ainsi un plateau de 1 200 hectares qui vaut 4 milliards et ces 4 milliards paient l’ensemble du projet, le nouvel aéroport et la ligne de métro-avion (40 millions d’euros par kilomètre soit 2 milliards d’euros au total, ndlr)», indique à nos confrères de La Dernière Heure Gérard Delruelle, ancien président de Cockerill-Sambre et l’un des porteurs du projet. L’aéroport existant de Charleroi serait alors consacré uniquement à la construction aéronautique quand celui de Liège se concentrerait sur le fret.

L'idée n'est pas nouvelle

Le métro-avion, sorte de cabine d’avion propulsée à 30 mètres sous terre permettrait de relier Zaventem – où il resterait une partie check-in – au nouvel aéroport de Charleroi en 9 minutes montre en main. «Ce train est comparable à un avion volant à 10 000 mètres d’altitude: la résistance de l’air est faible et la consommation faible», explique le professeur Marcel Jufer de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

Le professeur suisse planche sur le sujet depuis de nombreuses années. «En 1990, nous avions proposé de relier avec ce système les principales villes suisses, pays où la réalisation d’une ligne TGV est pratiquement impossible à cause de la topographie et des expropriations conduisant à des coûts exorbitants (…) La technologie était prête, mais le gouvernement suisse a choisi de donner la priorité au tunnel ferroviaire sous le Gothard, projet qui vient d’être achevé».

Suisses et Belges sont enthousiastes et préviennent: si les Européens ne veulent pas de leur idée, ils iront la vendre en Chine.

(MC/L'essentiel)

Ton opinion