Superstar aux Etats-Unis – «Repose en douce paix, petit lapin»
Publié

Superstar aux États-Unis«Repose en douce paix, petit lapin»

«Marlon Bundo», lapin star de livres pour enfants de la famille Pence, est mort, a annoncé l'une des filles de l'ancien vice-président des États-Unis, sur les réseaux sociaux.

«Repose en douce paix, petit lapin» a écrit Charlotte Pence Bond sur son compte Twitter, pendant le week-end, en hommage à Marlon Bundo, qui était devenu le sujet de trois livres pour enfants parus entre 2018 et 2019, et écrits par la fille de Mike Pence, alors vice-président sous Donald Trump.

Au moment de son arrivée à Washington en 2017, Marlon Bundo, lapin blanc et noir, avait acquis une petite notoriété, notamment grâce à son propre compte Instagram, fort lundi de plus de 32 000 abonnés. Mais c'est avec la publication en 2018 de «A Day in the Life of the Vice President» («Un jour dans la vie du vice-président») qu'il était devenu une superstar aux États-Unis. L'ouvrage pour enfants, écrit par la fille aînée de Mike Pence et illustré par son épouse Karen, évoque une journée du vice-président vue par son lapin.

Version satirique

Profitant de la parution du livre, l'humoriste britannique John Oliver avait consacré une de ses émissions sur la chaîne câblée HBO à Mike Pence, mettant notamment en avant son hostilité au mariage homosexuel.

Avant son arrivée à la Maison-Blanche avec Donald Trump en 2017, Mike Pence, en tant que gouverneur de l'Indiana, s'était notamment prononcé contre l'adoption de lois contre la discrimination des homosexuels, et avait proposé des fonds publics pour les personnes désirant «changer leur comportement sexuel», en référence à des traitements contre l'homosexualité.

John Oliver avait ainsi contre-attaqué en publiant son propre livre pour enfants sur le lapin vice-présidentiel, intitulé «A Day in the Life of Marlon Bundo» («Un jour dans la vie de Marlon Bundo»). Dans cet ouvrage, Marlon Bundo, lapin mâle, tombe amoureux d'un autre lapin mâle, et les deux finissent par se marier, pied de nez à Mike Pence.

John Oliver comme Charlotte Pence s'étaient engagés à ce que les bénéfices des ventes des deux livres aillent à des œuvres caritatives.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion