Publié

Confinement au LuxembourgRester chez soi oui, mais attention à l'immobilité

LUXEMBOURG - La sédentarisation crée des risques pour la santé mentale, mais aussi physique. Embolie pulmonaire, caillot, problèmes de dos... faites attention.

Thromboses, hypertension, lumbago, dépression, syndrome post-traumatique: les risques d'une mauvaise hygiène de vie en confinement sont nombreux, mais facilement évités.

Thromboses, hypertension, lumbago, dépression, syndrome post-traumatique: les risques d'une mauvaise hygiène de vie en confinement sont nombreux, mais facilement évités.

iStock

En épidémiologie, on appelle ça la «compétition des risques»: quand le plus grave est maîtrisé, soit la propagation du virus grâce au confinement, on voit apparaître des problèmes collatéraux, ici liés à la sédentarisation. Nous l'avions écrit lundi, lorsque l'on est confiné, on subit une multitude d'effets psychologiques. Le confinement serait même «une torture psychologique» selon une médecin de Luxembourg-Ville interrogée par L'essentiel. Mais il n'y a pas que le mental qui pourrait être affecté par la situation exceptionnelle.

«Nous n'avons aucun recul, mais des indices nous inquiètent déjà concernant les thromboses, ces caillots qui apparaissent dans les jambes lors d'immobilité prolongée», alerte un médecin spécialisé cité par des médias en Suisse. Non traitée, elle peut dégénérer en embolie pulmonaire et être fatale. Outre bouger et bien s'hydrater, le praticien recommande de ne pas prendre le problème à la légère.

Une attention particulière à sa posture et au mouvement est aussi soulignée. De nombreux problèmes de dos, liés par exemple à du télétravail «avachi dans le canapé», peuvent apparaître. Or, la plupart des gens évitent désormais de recourir au personnel de soins pour ne pas le surcharger. «À terme, on pourrait donc voir apparaître des complications liées à la rupture de l'accès aux soins de personnes souffrantes», craint un spécialiste-urgentiste qui évoque aussi des problèmes d'hyperglycémie ou d'hypertension liés au dérèglement de l'alimentation.

(nc/L'essentiel/Covermédia)

Ton opinion