En France – Retraités cherchent jobs pour arrondir fins de mois
Publié

En FranceRetraités cherchent jobs pour arrondir fins de mois

En France, plus de 400 000 personnes continuent de travailler, principalement pour arrondir leur pension. Un sujet passé sous silence dans la campagne présidentielle.

Parmi les offres qui cartonnent: aides à domicile (personnes âgées, enfants), petit bricolage, jardinage, gardiennage de maison, d'animaux, le transport scolaire.

Parmi les offres qui cartonnent: aides à domicile (personnes âgées, enfants), petit bricolage, jardinage, gardiennage de maison, d'animaux, le transport scolaire.

Illustration

«Retraité dynamique recherche activité à mi-temps pour des raisons financières»: comme Alain, plus de 400 000 personnes continuent de travailler, principalement pour arrondir leur pension, gelée depuis 2013, un sujet passé sous silence dans les programmes des principaux candidats à la présidentielle. «La première motivation est financière», explique Valérie Gruau, fondatrice du site seniorsavotreservice.com, qui se présente comme leader de l'emploi pour les retraités avec près de 175 000 candidats.

C'est sur son site qu'Alain cherche une activité dans la grande distribution. Parmi les offres qui cartonnent: aides à domicile (personnes âgées, enfants), petit bricolage, jardinage, gardiennage de maison, d'animaux, le transport scolaire. Il y a aussi la comptabilité et le secrétariat car de très petites entreprises cherchent «des gens expérimentés à temps partiel, pour 2-3 jours par semaine, qui ne vont pas les lâcher pour un CDI», ajoute Mme Gruau.

«Faire des cadeaux à Noël»

Près de 370 000 anciens du privé continuaient d'occuper un emploi salarié en 2014, en hausse de 5,8% par rapport à 2013, selon le Conseil d'orientation des retraites (Cor). Ils étaient 137 000 en 2006. En 2014, à ces ex-salariés du privé s'ajoutaient 36 400 commerçants (+9,7% sur un an) et 23 200 artisans retraités (+12,2%). Ces chiffres sont en constante augmentation depuis 2003 où la législation a permis aux retraités du régime général d'exercer une activité salariée tout en percevant leurs pensions.

Et la hausse s'est accélérée avec le gel des pensions depuis la réforme de 2013. Selon l'Insee, près d'un million de retraités vivaient sous le seuil de la pauvreté (1 008 euros par mois) en 2014. Le phénomène touche tout particulièrement les femmes. «J'étais en dessous du seuil de la pauvreté avec ma retraite», explique Marie, 71 ans, ancienne assistante de secrétaire. Onze ans plus tôt, partie à la retraite après avoir cotisé pendant 43,5 ans, cette Nancéienne décide de piger pour un quotidien. Ce qu'elle fera pendant cinq ans, pour 150 à 180 euros par mois, complément qui lui permettra d'«aider ses enfants et leur faire des cadeaux à Noël».

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion