«Oh capitaine, mon capitaine» – Robin Williams retrouvé mort à son domicile
Publié

«Oh capitaine, mon capitaine»Robin Williams retrouvé mort à son domicile

L'acteur américain, lauréat d'un oscar pour «Will Hunting», est décédé lundi à l'âge de 63 ans. Il s'est probablement suicidé, a indiqué la police. Selon la presse américaine, il souffrait de dépression.

L'acteur américain Robin Williams, l'un des plus brillants de sa génération, lauréat d'un oscar pour «Will Hunting», a été découvert mort lundi à son domicile. Il s'est probablement suicidé, a indiqué la police. Selon la presse américaine, l'homme de 63 ans souffrait de dépression. Dans un communiqué, la police a expliqué qu'un homme, «identifié comme Robin McLaurin Williams, 63 ans, résident de Tiburon, en Californie» a été prononcé mort à 12h02. La cause probable du décès semble être «un suicide par asphyxie». Une enquête est «en cours sur les causes et les circonstances du décès», précise la police.

Le comédien a été vu vivant pour la dernière fois à son domicile, où il vivait avec sa femme, dimanche «vers 22h». «Ce matin, j'ai perdu mon mari et mon meilleur ami, et le monde a perdu l'un de ses artistes les plus aimés», a réagi dans un communiqué sa femme, Susan Schneider, épousée en troisièmes noces en 2011. «Mon cœur est totalement brisé», a-t-elle ajouté. L'attachée de presse de l'acteur a expliqué que celui qui a incarné notamment l'inoubliable «Oh capitaine, mon capitaine» du «Cercle des poètes disparus» souffrait «ces derniers temps d'une sévère dépression». «C'est une disparition soudaine et tragique», a-t-elle ajouté.

Carrière de quatre décennies

Robin Williams, né en juillet 1951 à Chicago, avait trois enfants. Sa carrière s'est étalée sur quatre décennies, sautant d'un registre à l'autre, du dramatique au comique en passant par la télévision. Après avoir étudié l'art dramatique à la prestigieuse Julliard School, il a débuté sa carrière par des spectacles «one-man show» dans des cabarets. Il a percé dans un épisode de la série «Happy Days» en 1974, puis dans un film télévisé tiré du personnage de Mork qu'il y incarnait, «Mork and Mindy», pour lequel il a reçu son premier Golden Globe. Il en a eu quatre au total, notamment celui du meilleur acteur pour «Good morning Vietnam», de Barry Levison, un rôle grâce auquel il a atteint une renommée mondiale.

«Un talent incommensurable»

Sur Twitter, les réactions pleuvaient pour déplorer la disparition du comédien. «Je suis totalement sidéré par la perte de Robin Williams, un grand homme, un superbe talent, un partenaire à l'écran, une âme authentique», a réagi l'acteur Steve Martin. «C'était un homme doux, adorable. C'était une boule d'énergie, l'esprit toujours en alerte, il était comme cela. (...) C'est si triste», a quant à elle déploré l'actrice et la chanteuse Cher. Dans la revue de référence du cinéma Variety, le cinéaste Steven Spielberg a affirmé que «Robin était un éclair de génie comique et notre rire était le coup de tonnerre qui le faisait avancer. Il était un ami et je n'arrive pas à croire qu'il ne soit plus là». Le président américain Barack Obama a salué le «talent incommensurable» que l'acteur «offrait en toute liberté et généreusement à ceux qui en avaient le plus besoin – depuis nos troupes déployées à l'étranger jusqu'aux personnes marginalisées dans nos rues».

L'acteur avait été opéré du cœur avec succès en 2009. Le personnel médical avait alors raconté qu'il avait commencé à les faire rire deux heures à peine après être sorti de l'intervention. Il devait apparaître dans une suite de «Madame Doubtfire» l'an prochain, qui a été annulée à l'annonce de sa disparition. Il a encore trois films en postproduction, dont une nouvelle «Nuit au musée» qui doit sortir en fin d'année.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion