Luxembourg-Portugal – Ronaldo écarte la police pour aller voir un enfant
Publié

Luxembourg-PortugalRonaldo écarte la police pour aller voir un enfant

Les supporters du Luxembourg et du Portugal ont tout tenté pour apercevoir les joueurs avant la rencontre, mardi soir. Une jolie scène a été captée au Kirchberg.

Malgré le huis clos, quelques dizaines de fans ont tenté, mardi, en début de soirée, d'apercevoir Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers au moment où ils allaient rejoindre le stade Josy-Barthel pour la rencontre prévue à 20h45 face au Luxembourg. Mais comme ceux qui étaient venus à l'entraînement la veille, ils sont repartis déçus, près du stade. Placés au croisement de la route d'Arlon, et de la rue du Stade, où le car de l'équipe portugaise devait venir se garer, ils l'ont vu passer à vive allure devant eux pour faire le tour de l'enceinte et entrer par l'autre côté de la rue, fermée par la police.

Venus d'un peu partout au Grand-Duché pour voir les joueurs de la Seleçao, en famille ou entre amis, ils ont dû se contenter de photos prises de loin, lorsque les joueurs ont parcouru les quelques mètres séparant leur car de l'entrée du stade. «On a fait de la route pour les voir avec les enfants, donc c'est triste de ne même pas pouvoir s'approcher pour une photo», regrette une mère venue d'Esch-sur-Alzette, avec ses deux jeunes enfants.

Il lui a signé un tee-shirt

Mais un jeune garçon a eu un peu plus de chance devant l'hôtel du Portugal, au Kirchberg, plus tôt. Sur une vidéo transmise par un lecteur de L'essentiel, on voit l'enfant braver le dispositif de sécurité pour se jeter dans les bras de Cristiano Ronaldo, masqué, qui sort comme ses coéquipiers, dont certains signent déjà des autographes.

Intercepté par un policier grand-ducal, le garçon est mis sur le côté, mais la star de la Juventus Turin prend le temps de venir à sa rencontre, écartant le policier, pour finalement signer un tee-shirt que brandit le petit supporter.

Les ultras luxembourgeois du M-Block étaient, eux, venus se placer au dernier étage du parking voisin, d'où les joueurs pouvaient entendre leurs chants. «On veut leur montrer qu'on est quand même avec eux, glisse un membre du groupe. On ne peut voir qu'un petit bout de la pelouse, mais on va suivre la rencontre sur nos téléphones». Ils avaient accroché deux banderoles dans le stade, dont l'une qui disait: «On ne peut pas rentrer, mais on est quand même avec vous».

(nc/tv/L'essentiel)

Ton opinion