En Ukraine: «S'il vous plait, sauvez-le»: Brahim, 21 ans, a été condamné à mort

Publié

En Ukraine «S'il vous plait, sauvez-le»: Brahim, 21 ans, a été condamné à mort

Une amie du Marocain Brahim Saadoun condamné à mort après avoir été capturé en Ukraine où il combattait contre les forces russes a appelé dimanche le gouvernement britannique à le «sauver».

Zina Kotenko, une réfugiée ukrainienne vivant au Royaume-Uni, a décrit son ami Brahim Saadoun, 21 ans, comme un homme «gentil», «ouvert d'esprit» et «joyeux». Interviewée par la chaîne de télévision SkyNews, elle a appelé le gouvernement britannique à «prendre soin des gens qui prennent soin de la démocratie». «S'il vous plait, sauvez-le», a-t-elle dit.

Brahim Saadoun ainsi que les Britanniques Aiden Aslin, 28 ans, et Shaun Pinner, 48 ans, ont été faits prisonniers en Ukraine où ils combattaient pour Kiev, et condamnés à mort jeudi pour activités mercenaires par la justice des autorités séparatistes de Donetsk. Un autre ami du soldat marocain, Dmytro Khrabstov, 20 ans, a déclaré que Brahim, connu par ses amis en Ukraine sous le nom de «Brian», avait rejoint l'armée ukrainienne l'été dernier et leur avait dit qu'il voulait «mourir en héros».

«(M. Brahim) est un gars brillant et enthousiaste, rêvant de la technologie du futur et de la façon dont il pourrait changer les choses», a déclaré M. Khrabstov à l'agence de presse PA. Il a qualifié d'«inhumaine» sa condamnation à mort.

«Simulacre de jugement sans légitimité»

Le père du jeune Marocain, Tader Saadoun, a affirmé jeudi sur le site d'information marocain Madar21 que son fils «n'est pas un mercenaire». En avril, il avait accusé les autorités ukrainiennes de «recruter les étudiants étrangers pour les exploiter dans la guerre». La cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, a qualifié jeudi le verdict visant les trois hommes de «simulacre de jugement sans légitimité».

La famille d'Aiden Aslin avait expliqué fin avril que ce dernier avait déménagé en 2018 en Ukraine, où il avait rencontré sa compagne et s'était installé à Mykolaïv (sud). Il avait décidé de rejoindre les Marines ukrainiens et a servi dans cette unité pendant près de quatre ans.

La famille de Shaun Pinner avait elle indiqué que celui-ci n'était «ni un volontaire ni un mercenaire, mais sert officiellement dans l'armée ukrainienne conformément à la législation ukrainienne». Il s'était lui aussi installé en 2018 en Ukraine et a épousé une Ukrainienne. Dans une déclaration diffusée samedi par le ministère des Affaires étrangères britannique, la famille de Shaun Pinner a expliqué être «anéantie» par la décision de la justice, dénonçant un «procès-spectacle illégal». Elle a demandé que lui soient «accordés tous les droits d'un prisonnier de guerre conformément à la Convention de Genève».

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire