En Arménie – Sa cave est devenue l'attraction de tout un pays

Publié

En ArménieSa cave est devenue l'attraction de tout un pays

En Arménie, un homme «guidé par le Ciel» a creusé un gigantesque labyrinthe sous sa maison. Il attire chaque année de nombreux touristes.

A picture taken on June 27, 2018 shows walking through part of a network of subterranean caves and tunnels known as "Master Levon's divine underground" in the village of Arinj outside the capital Yerevan.
When Tosya Arakelyan asked her husband to dig a basement under their house to store potatoes, she had little idea the underground labyrinth he would eventually produce would prove to be one of Armenia's major tourist draws.  / AFP PHOTO / KAREN MINASYAN

A picture taken on June 27, 2018 shows walking through part of a network of subterranean caves and tunnels known as "Master Levon's divine underground" in the village of Arinj outside the capital Yerevan.
When Tosya Arakelyan asked her husband to dig a basement under their house to store potatoes, she had little idea the underground labyrinth he would eventually produce would prove to be one of Armenia's major tourist draws. / AFP PHOTO / KAREN MINASYAN

AFP/Karen Minasyan

Lorsque Tossia Gharibian a demandé à son mari de construire une cave pour y conserver leurs patates, elle était loin d'imaginer qu'il creuserait un labyrinthe, devenu depuis l'une des principales attractions touristiques de l'Arménie. Un dédale de galeries, des escaliers à n'en plus finir: pendant plus de 23 ans, son mari Levon Arakelian a creusé un réseau de caves et tunnels dans la terre ocre sous sa maison à Arinj, un petit village de 6 000 habitants près d'Erevan. «Une fois qu'il a commencé à creuser, il est devenu impossible de l'arrêter», raconte sa femme.

Chaque jour, Levon creusait pendant plus de 18 heures, prenant juste une pause pour une courte sieste avant de retourner en hâte dans le labyrinthe. «Je me suis beaucoup disputée avec lui, mais il était devenu obsédé par son objectif», se souvient Tossia. «Il n'a jamais dessiné de plans, il nous disait souvent qu'il voyait dans ses rêves ce qu'il devait faire ensuite», confie-t-elle, précisant que Levon était convaincu d'être «guidé par le Ciel». Au total, Levon a creusé à plus de 21 mètres de profondeur un labyrinthe de 280 mètres carrés, sans machine et avec uniquement des outils manuels, déblayant à l'aide de seaux l'équivalent de 600 camions chargés de pierres et de terre, assure Tossia.

Décédé en 2008

Si la première couche du sous-sol était composé de pierres noires en basaltes, Levon a vite atteint des pierres en craie micacée, plus poreuses et faciles à creuser. En 2008, alors que les deux bouts du dernier tunnel venaient de se rejoindre, Levon est décédé à l'âge de 67 ans d'une crise cardiaque. Devenue veuve, Tossia a décidé de mettre en valeur l'étrange patrimoine laissé par son mari. Des visiteurs du monde entier se rendent à Arinj pour découvrir le labyrinthe de Levon: certains jours, des cars remplis de touristes font le trajet jusqu'à la maison de Tossia, seule destination touristique du village.

Guidés par Tossia dans les galeries glaciales et silencieuses, les touristes ne cessent de pousser des exclamations admiratives en découvrant que Levon avait poussé sa passion jusqu'à parsemer les salles de vases en terre cuite et graver sur les murs des motifs décoratifs rappelant ceux des églises d'Arménie. La lueur des bougies placées sur le parcours des touristes ajoute au charme de la visite. «Dans ce lieu incroyable, on réalise à quel point les capacités physiques et spirituelles d'une personne n'ont pas de limites», déclare Milad, un touriste de 29 ans venu d'Iran.

Pour rendre hommage au travail acharné de son mari, Tossia a érigé un petit musée en son honneur, dix ans après sa mort. Situé dans le centre du village, il retrace la construction du labyrinthe et montre les méthodes employées par Levon. Tossia vend aussi des mugs, des tee-shirts et des tabliers à l'effigie de son mari, dont l'obstination est devenu un symbole pour certains Arméniens et touristes.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion