La preuve en images – Sans abeilles, nos magasins seraient vides
Publié

La preuve en imagesSans abeilles, nos magasins seraient vides

Une campagne américaine rend attentif au problème de la disparition des abeilles dans le monde. Sans elles, nous devrions faire une croix sur un grand nombre d'aliments.

Après les cochons et les vaches, les abeilles sont le troisième animal (plus précisément insecte) le plus important pour l'agriculture. Elles pollinisent près de 80% des plantes utilisées par le secteur et jouent donc un rôle important dans l'approvisionnement en nourriture. En cas de disparition, nous devrions ainsi faire une croix sur près d'un tiers de ce que nous mangeons au quotidien, en particulier sur les aliments qualifiés de sains.

Une campagne américaine, menée par la chaîne de supermarchés bio Whole Foods, montre l'étendue des dégâts que cela causerait. Les employés d'un magasin du Massachusetts se sont amusés à retirer des rayons tous les aliments qui n'existeraient plus sans les abeilles et autres insectes pollinisateurs. Au total, 237 produits ont quitté les étalages, soit 52% de l'assortiment. Et encore: ce sont les chiffres de l'an dernier, lorsque l'exercice ne portait que sur les fruits et légumes.

Probablement victimes des pesticides

Cette année, Whole Foods a étendu son opération aux produits laitiers. Car sans les abeilles, il n'y aurait pas assez de plantes pour nourrir les vaches laitières et plus assez de fruits pour donner du goût aux yaourts et aux glaces. Une citation d'Albert Einstein semble bien résumer la situation, même si elle est un peu exagérée: «Plus d'abeilles, plus de pollinisation, plus de plantes, plus d'hommes».

La peur d'une disparition totale des abeilles n'est pas infondée. On a recensé, ces dernières années, la mort de colonies entières à travers le monde, particulièrement durant les mois d'hiver. Et le phénomène a pris beaucoup d'ampleur. Si la cause exacte n'est pas encore connue, les experts penchent pour la combinaison de plusieurs facteurs tels que les pesticides, les parasites et les virus. Aucun remède miracle n'a encore été trouvé mais l'Union européenne a tout de même décidé, en décembre dernier, de limiter l'utilisation de trois pesticides considérés comme dangereux pour ces insectes. Le Luxembourg a suivi cette recommandation.

(L'essentiel/jcg/ofu)

Ton opinion