Justice aux Etats-Unis – Sauvé, recondamné puis exécuté en 24h

Publié

Justice aux États-UnisSauvé, recondamné puis exécuté en 24h

L'exécution d'un suprémaciste blanc ayant tenté de tuer le roi du porno Larry Flynt a été finalement réalisée mercredi matin. La veille, sa condamnation avait pourtant été annulée.

L'exécution de Joseph Franklin a été la première dans cet État depuis le 9 février 2011.

L'exécution de Joseph Franklin a été la première dans cet État depuis le 9 février 2011.

Keystone

Joseph Franklin, 63 ans, a été déclaré mort à 6h17 locales (13h17 au Luxembourg) à Bonne Terre, par l'injection létale de propofol utilisé pour la première fois pour une exécution dans le Missouri, selon la presse locale. Ce partisan de la suprématie blanche, reconnu coupable d'une série de 22 meurtres racistes entre 1977 et 1980, avait bénéficié mardi soir d'un sursis quelques heures à peine avant son exécution programmée à 00h00 mercredi.

L'exécution a été repoussée de six heures en raison d'appels jusque devant la Cour suprême des États-Unis.
Franklin, qui se disait en guerre contre les Juifs, les Noirs et les couples mixtes, avait été condamné à mort en 1977 pour avoir tiré sur le parking d'une synagogue, faisant un mort et deux blessés dans le Missouri. Mais il avait aussi été reconnu coupable pour le meurtre de deux Noirs dans l'Utah, d'un couple mixte au Wisconsin et d'un attentat contre une synagogue du Tennessee.

Plaidoyer contre la peine de mort

Il n'avait jamais été jugé pour avoir tiré en 1978 sur Larry Flynt devant un tribunal de Géorgie (sud-est), où l'éditeur venait répondre d'une inculpation pour obscénités. Mais il avait reconnu avoir voulu l'abattre après la publication dans son magazine d'une photo à caractère pornographique d'un couple mixte. Flynt, 70 ans, cloué dans une chaise roulante depuis 35 ans, avait exhorté le mois dernier l’État du Missouri à ne pas exécuter l'homme qui l'a rendu paraplégique.

Dans une lettre parue sur le site Hollywoodreporter.com, il s'était livré à un vibrant plaidoyer contre la peine de mort, estimant que Franklin devait être puni mais pas exécuté. Mais le gouverneur Jay Nixon avait refusé d'accorder sa grâce à Franklin, qui en prison s'était repenti et, selon son avocate, souffrait de déficiences mentales. Un juge du Missouri avait reporté à la dernière minute l'exécution mardi soir, en raison d'un risque de «souffrance inutile» lié au produit mortel qui lui a finalement été injecté. Mais une cour d'appel avait annulé ce sursis, et la Cour suprême a confirmé cette dernière décision.

Franklin a été exécuté par l'injection d'un nouvel anesthésiant, le propofol, le produit qui avait été fatal à Michael Jackson. Le propofol était utilisé pour la première fois dans le Missouri pour une exécution. Le gouverneur Nixon avait d'ailleurs suspendu une première exécution prévue le 23 octobre en raison de ce nouveau processus d'exécution. Le Missouri, comme plusieurs autres États américains, se trouve confronté à une pénurie de barbituriques pour procéder à ses exécutions, et n'a d'autre choix que de se tourner vers d'autres produits ou fournisseurs, faute de fabricants pour reconstituer ses stocks. Il s'agissait de la première exécution dans cet État depuis le 9 février 2011. C'était la 35e exécution cette année aux États-Unis.

(L'essentiel Online/ats)

Ton opinion