Etats-Unis – Sauvés de la noyade par une chaîne humaine

Publié

États-UnisSauvés de la noyade par une chaîne humaine

Pour venir en aide à neuf personnes piégées par un contre-courant, entre 70 et 80 touristes ont joint leurs mains et leurs efforts, le week-end dernier en Floride.

La solidarité d'une foule de baigneurs a sauvé la vie d'une famille en perdition, samedi dernier à Panama City Beach (Floride). Tout a commencé lorsque Stephen, 8 ans, et son grand frère Noah, 11 ans, se sont éloignés de leur famille et ont été emportés par un contre-courant, à environ 90 mètres de la plage. Entendant leurs cris, des inconnus se sont précipités vers eux, mais se sont retrouvés, eux aussi, pris au piège. Même sort pour un couple de Chinois également venu au secours des enfants.

Voyant ses petits en difficulté, Roberta Ursrey, 34 ans, a sauté à l'eau avec trois membres de sa famille, raconte le Washington Post. Mais là encore, le contre-courant les a pris par surprise et les trois personnes ont lutté pendant 20 minutes pour rester à la surface de l'eau.

«C'était absolument fabuleux»

Roberta a bien cru sa dernière heure arrivée: «Je vais mourir. Ma famille va mourir comme ça. Je n'y arrive juste pas», a-t-elle pensé. Jessica Simmons, une nageuse chevronnée partie à la rescousse avec son mari, a d'abord pensé qu'il s'agissait d'une attaque de requin. Mais elle a vite réalisé que les neuf individus étaient en train de se noyer.

«Des gens ont commencé à rassembler des personnes sur la plage pour former une chaîne humaine», raconte-t-elle. Ainsi, environ 70 à 80 baigneurs, certains ne sachant pas nager, ont joint leurs efforts pour aider les touristes en difficulté. Un extraordinaire moment de solidarité que Jessica n'est pas près d'oublier: «Voir des gens de races et de genres différents entrer en action pour aider de parfaits inconnus, c'était absolument fabuleux. Des gens qui ne se connaissaient pas sont entrés dans l'eau main dans la main, alignés, pour les atteindre. Arrêtez-vous et imaginez ça», poursuit-elle. Après trente minutes d'efforts, tous les baigneurs en perdition ont pu être secourus.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion